• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

L’Indaba alternatif du secteur des mines défile en faveur d’une exploitation minière responsable

Thembinkosi Dhlamini, Kemal Özkan and Claude Kabemba discuss labour and community rights.

Glen Mpufane and Billy Mawasha talk about collaborations between mining companies and unions.

John Peter Amewu, Minister of Lands and natural resources, Ghana

L’industrie minière doit respecter les droits des travailleurs et des communautés riveraines : c’est le message d’IndustriALL

12.02.2018

IndustriALL Global Union a livré ce message lors de l’Indaba du secteur des mines en Afrique, qui s’est tenu au Cap, en Afrique du Sud, du 5 au 8 février 2018.

L’Indaba réunit dans cette ville depuis 20 ans, venus du monde entier, les investisseurs, les compagnies minières, les gouvernements et les autres parties prenantes du secteur. Pour la première fois, l’édition de cette année comprenait une Journée du Développement durable avec pour mot d’ordre : “Transformer le secteur pour faire fonctionner les mines en faveur des gens”.

Ceci fait écho au thème de l’an dernier, “Ne laisser personne de côté”, suggérant qu’un consensus se fait jour entre le monde du travail, la société civile, les industriels et les gouvernements sur le fait qu’un dialogue est fondamental pour prendre en charge les défis pressants du secteur.

En différents endroits en ville, l’Indaba alternatif des mines (AMI) se tenait avec pour thème : “Exploiter les ressources naturelles en faveur des gens : vers des réformes politiques, institutionnelles et législatives justes”. L’AMI était constitué de près de 600 représentants d’organisations de la société civile, parmi lesquelles des associations religieuses, des communautés riveraines, des réseaux pan-africains, des syndicats, des organisations féminines, des militants des droits de l’homme, des médias et des étudiants.

Dans une pétition adressée aux compagnies minières et aux gouvernements, l’AMI a appelé à ce que les intérêts des communautés concernés par l’activité minière soient placés avant le profit. Ceci pourrait être réalisé par le biais de la propriété publique, qui assurerait la durabilité et l’équité des opérations minières. Des réformes politiques devraient mettre fin à l’exploitation en abrogeant les législations injustes et en remplaçant l’usage de la force par le dialogue. La corruption devrait être prise pour cible, car il est courant que des compagnies minières corrompues travaillent de concert avec les élites et excluent les communautés riveraines.

Lors de l’AMI, il y a eu également des appels lancés vers les gouvernements pour qu’ils adoptent la Vision pour l’industrie minière en Afrique qui appelle à “Un secteur minier durable et à la bonne gouvernance qui engrange et redistribue de manière efficace la rente issue des ressources naturelles et qui soit sûr, sain, inclusif du point de vue du genre et de l’ethnie, respectueux de l’environnement, socialement responsable et apprécié des communautés riveraines”.

Un appel a été lancé pour la reconnaissance des travailleurs occupés dans des mines artisanales et de petite échelle en les incluant dans les politiques et législations gouvernementales. Un dialogue des travailleurs et des communautés riveraines avec les gouvernements et les compagnies minières a également été revendiqué.

IndustriALL était représentée au niveau de ces deux rencontres. En tant que partie prenante de premier ordre, IndustriALL a été invitée à participer à différents panels ainsi qu’à la session de clôture de l’Indaba du secteur des mines en Afrique.

S’exprimant lors d’un panel sur les droits des travailleurs et des communautés riveraines, le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan, a mis en exergue les droits des travailleurs et les questions de santé et sécurité.

“Reconnaître et respecter les droits des travailleurs est un point clé. Cela comprend le droit à rejoindre un syndicat et une protection par le biais de conventions collectives de travail.

“Les droits fondamentaux en matière de santé et sécurité, ceux de savoir, de refuser et de participer, doivent être à la base de la démarche. Les travailleurs sont des experts quant à ce qui se passe sur leurs lieux de travail. Dès lors, ils doivent être impliqués dans la santé et la sécurité.”

“Nous devons également atteindre les normes internationales de la Convention 176 sur la Santé et la sécurité dans les mines ainsi que celles des autres recommandations de l’OIT et instruments ratifiés”.

Il a ajouté que bâtir la confiance entre les compagnies minières, les syndicats et les communautés riveraines ainsi qu’agir avec la diligence voulue était important.

En marge des deux Indabas, l’Initiative pour une Certification Responsable de l’Exploitation Minière (IRMA), dont IndustriALL est une des parties prenante clé en tant que représentante des travailleurs, a été lancée. L’IRMA a élaboré une norme pour une exploitation minière responsable, qui comprend un approvisionnement responsable tout au long de la chaîne logistique.