• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Lock-outés : Glencore entreprend de remplacer les mineurs d’Oaky North par des sous-traitants

24.07.2017

Les travailleurs de la mine Oaky North en Australie ont été lock-outés par le géant minier Glencore, qui a pris des mesures pour remplacer la main-d’œuvre permanente par des sous-traitants occasionnels.

Alors que les travailleurs avaient mis fin à leur action, protégée par la loi, qui avait fait suite à un vote négatif à 99% sur la convention collective proposée par Glencore, au moment de tenter de reprendre le travail ils ont été accueillis aux grilles de l’entreprise par des gardes qui leur ont refusé l’accès à leur propre lieu de travail.

Chris Brodsky, Vice-président de district de l’affilié d’IndustriALL Global Union CFMEU, déclare que les travailleurs ont été punis et ont subi des intimidations au sein de leurs communautés en raison de leur détermination :

“Nous avons eu des travailleurs et leurs familles suivis par des agents de sécurité dans leur ville de Tieri et qui ont subi d’autres manœuvres d’intimidation. Nos gars ne s’effraient pas facilement, mais ils sont inquiets pour leurs familles.

“Au bout du compte, nous ne sommes qu’une minuscule ville minière au milieu de nulle part et Glencore est une immense multinationale. Les dés sont pipés, mais nous mènerons jusqu’au bout le juste combat. Le non voté à 99% montre combien notre communauté est unie.”

La convention proposée retirerait des droits fondamentaux aux travailleurs :

  • Accès à une représentation syndicale uniquement dans certains cas
  • L’entreprise aurait la possibilité de modifier unilatéralement les tableaux de service contre la volonté des salariés
  • Augmentation pour les travailleurs des loyers des logements de l’entreprise
  • Limitation de la possibilité pour les salariés d’avoir certaines matières tranchées par arbitrage

Le syndicat a offert de poursuivre la convention existante pendant deux ans sans augmentations de salaire.

Chris Brodsky poursuit :

“Nous sommes convaincus que là où veut en arriver Glencore, c’est au remplacement de la main d’œuvre permanente par des sous-traitants occasionnels en prévision de ses plans consistant à fermer la mine et dans le cadre d’une stratégie visant à minimiser sa responsabilité financière vis-à-vis des travailleurs.”

Kemal Özkan, Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, indique :

“Il est honteux et inacceptable que Glencore remplace sa main d’œuvre permanente par des sous-traitants et nous ne pouvons l’accepter. Glencore utilise en public une rhétorique élaborée, mais ce qui se passe à la mine d’Oaky North en offre un complet contraste. Nous allons continuer à apporter un soutien total à notre affilié CFMEU dans ce combat.”