• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Namibie : le syndicat proteste contre l’absence de rigueur en matière de sécurité à la mine de Skorpion Zinc

15.01.2018

Des centaines de travailleurs et travailleuses de la section locale de Rosh Pinah de l’affilié d’IndustriALL, le Syndicat des mineurs de Namibie (MUN), ont manifesté au début de ce mois contre la détérioration des normes de santé et sécurité au sein de la mine de Skorpion Zinc, située à environ 600 km de Windhoek.

Les travailleurs et travailleuses revendiquent l’amélioration de la communication sur les questions de sécurité au sein de la mine, qui est la propriété de Vedanta Zinc International. La revendication vise l’amélioration de la sécurité par une meilleure information auprès des travailleurs sur la situation au sein de cette mine à ciel ouvert, dont les mouvements de terrain, l’intégrité des parois, la formation aux procédures d’évacuation d’urgence et par des mesures disciplinaires à l’égard des membres du personnel d’encadrement qui se présentent saouls au travail.

Le MUN soutient que la négligence permanente des mesures de précaution en matière de sécurité met en danger la vie des travailleurs. Par exemple, lors d’un mouvement de terrain le 18 décembre, la direction a paru désorientée. Ceci s’est produit en dépit de conseils reçus de la part d’experts sur la manière de gérer les mouvements de terrain et de stabiliser les parois de l’exploitation minière.

De plus, les travailleurs et travailleuses n’ont pas été formés quant aux procédures d’évacuation nécessaires en cas d’urgence. Selon le MUN, les normes de sécurité sont défaillantes, car “il est devenu de règle que des procédures et dispositions soient ignorées pour augmenter la production et des normes de sécurité laissées de côté, ce qui conduit à des conditions de travail dangereuses”.

Une autre menace pour la sécurité au sein de la mine est l’abus d’alcool. Le MUN soupçonne que des membres du personnel d’encadrement qui refusent les tests de dépistage se rendent régulièrement au travail sous influence, en contravention avec la politique de la mine s’agissant de l’abus d’alcool et de drogue. Un membre du personnel d’encadrement a depuis été suspendu après que des travailleurs l’ont contraint à subir un test de dépistage qui a prouvé qu’il s’était effectivement rendu au travail en étant alcoolisé.

En outre, le syndicat veut que Skorpion améliore les compétences des salariés par la formation et que le sous-traitant Basil Read recrute davantage de personnel du cru au niveau de l’encadrement et fournisse des équipements de protection individuelle. Le personnel qualifié devrait également recevoir une reconnaissance par le biais de certifications, en particulier après avoir suivi des cours sur la conduite de machines.

Paule-France Ndessomin, Secrétaire régionale d’IndustriALL pour l’Afrique sub-saharienne indique :

“La sécurité au sein des mines est non-négociable et les compagnies minières doivent toujours s’assurer que les normes sont respectées. Il n’est dès lors pas acceptable pour elles de sacrifier la sécurité des travailleurs et travailleuses pour améliorer les objectifs de production et les bénéfices.”