• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
La Fédération des travailleurs de la métallurgie du Bangladesh protestent contre les décès survenus sur les chantiers de démantèlement des navires à Chittagong

La Fédération des travailleurs de la métallurgie du Bangladesh protestent contre les décès survenus sur les chantiers de démantèlement des navires à Chittagong

Quatre travailleurs meurent dans une série d’accidents survenus sur les chantiers de démantèlement des navires au Bangladesh

07.06.2016

Les accidents qui se sont produits sur les chantiers de démantèlement des navires de Seiko Steel et de Laskar, à Sitakunda Upazila, ont coûté la vie à quatre travailleurs et en ont blessés trois autres.

Les travailleurs continuent de mourir et d’être mutilés à vie sur les chantiers de démantèlement des navires en raison de l’absence de réaction du Gouvernement bangladais contre l’extrême négligence des employeurs à garantir des conditions de travail sûres.

Aussi, Rubel Meah, démolisseur de navires, est mort dans l’accident survenu, le 23 mai 2016, à Seiko Steel. Mohammad Rana (30 ans) est décédé sur place, écrasé par une énorme plaque d’acier sur ce même chantier le 29 mai 2016. Parmi les quatre autres travailleurs blessés, Abdul Karim (29 ans) a succombé à ses blessures à l’hôpital le 31 mai.

L’état de santé des trois autres travailleurs hospitalisés, Zahidul (25 ans), Belal (45 ans) et Ripon (25 ans), serait stable au moment de la rédaction de ces lignes.

Les affiliés d’IndustriALL au Bangladesh ont signalé ultérieurement le décès accidentel de Mohammad Babul (35 ans), le 5 juin 2016, sur le chantier de démantèlement de navires de Laskar. En comptant ces récents accidents, 10 travailleurs au total sont morts au cours des cinq premiers mois de l’année 2016 sur des chantiers de démantèlement des navires au Bangladesh. Selon les propres estimations du Gouvernement, 16 démolisseurs de navires ont perdu la vie en 2014 et au moins 13, en 2015.

Tout en condamnant les accidents et les décès permanents, Jyrki Raina, Secrétaire général d’IndustriALL, a indiqué, dans une lettre adressée, le 6 juin 2016, au Premier ministre du Bangladesh:

« L’inertie du Gouvernement bangladais, reflétée par le fait que les travailleurs continuent de mourir en essayant de gagner leur vie, vient ainsi confirmer la négligence des employeurs à l’égard de la sécurité des travailleurs sur les chantiers de démantèlement des navires. Ces accidents, qui sont évitables, doivent immédiatement stopper ».

Afin de veiller au respect du droit des travailleurs à des conditions de travail sûres sur les chantiers de démantèlement des navires, IndustriALL demande au Gouvernement du Bangladesh d’envoyer un signal fort, en durcissant le ton contre les employeurs qui refusent de fournir des conditions de travail sûres ; ici, les propriétaires des chantiers de démantèlement des navires de Seiko Steel et de Laskar. Le Gouvernement devrait veiller à ce que les victimes des accidents soient indemnisées de manière appropriée.

La lettre réitère la demande d’IndustriALL de renforcer les mécanismes de surveillance et enjoint le Gouvernement à faire preuve de résolution ainsi qu’à appliquer immédiatement la Loi bangladaise de 2015, nouvellement révisée, sur le recyclage des navires, et à accélérer les démarches pour ratifier la Convention de Hong Kong.

Les rapports récents d’IndustriALL sur les accidents survenus sur les chantiers de démantèlement des navires peuvent être consultés en cliquant sur les liens ci-après : 18 avril 2016 et 1er avril 2016.