• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Des syndicats du monde entier réunis à Chattanooga, dans le Tennessee

Des syndicats du monde entier réunis à Chattanooga, dans le Tennessee

Le Secrétaire général d'IndustriALL, Valter Sanches, annonce un soutien total aux travailleurs de Volkswagen qui ont le droit de se syndiquer

Le Secrétaire général d'IndustriALL, Valter Sanches, annonce un soutien total aux travailleurs de Volkswagen qui ont le droit de se syndiquer

Des syndicats du monde entier réunis à Chattanooga, dans le Tennessee Le Secrétaire général d'IndustriALL, Valter Sanches, annonce un soutien total aux travailleurs de Volkswagen qui ont le droit de se syndiquer

Soutien mondial pour les travailleurs de l'usine VW de Chattanooga

13.04.2017

Des syndicats de Pologne, d'Allemagne, du Royaume-Uni, du Brésil, du Mexique, d'Afrique du Sud, des États-Unis et de Suisse se sont réunis à Chattanooga, dans le Tennessee, pour exprimer leur solidarité avec les travailleurs de l'usine Volkswagen de la ville où le constructeur allemand ne se soumet pas à une décision de justice et persiste à refuser à ses travailleurs le droit de se syndiquer.

En décembre 2015, à une écrasante majorité de plus de 70 pour cent des voix, les ouvriers qualifiés ont demandé à être représentés par notre affilié United Autoworkers' Union (UAW). Pourtant, VW Chattanooga refuse de négocier avec la section locale 42 du syndicat, alors même que le gouvernement américain lui a ordonné d'entamer des négociations.

Le Secrétaire général d'IndustriALL, Valter Sanches, a déclaré :

"Le refus de Volkswagen de reconnaître l'UAW est illégal, il viole les droits fondamentaux des travailleurs ainsi que l'accord-cadre mondial qu'ils ont signé avec nous en 2002. Nous avons été nombreux à dire à VW notre inquiétude à ce sujet, mais l'entreprise s'obstine dans sa mauvaise foi."

Pendant deux jours, les affiliés d'IndustriALL représentant les travailleurs de VW du monde entier se sont réunis pour échanger des informations sur les relations de travail avec le constructeur et exprimer leur solidarité avec les travailleurs de VW de Chattanooga.

Cette réunion s'est tenue après l'adoption d'une résolution demandant des comptes à Volkswagen par le Congrès d'IndustriALL de Rio de Janeiro, en octobre 2015.

Les participants ont exprimé leurs préoccupations devant l'absence de culture de la sécurité et de constants changements d'horaires de travail à l'usine, des travailleurs étant parfois forcés de travailler de 10 à 11 heures par jour, parfois 13 jours d'affilée. Des heures supplémentaires sont parfois imposées à la descente d'une équipe, ce qui veut dire que les travailleurs ne savent pas à quelle heure ils pourront rentrer chez eux à la fin de leur travail.

Bien que la direction ne reconnaisse toujours pas la section locale 42 de l'UAW, le syndicat continue de recruter de nouveaux adhérents. Les syndicats présents à la réunion se sont engagés à soutenir son combat et à attirer l'attention sur les pratiques antisyndicales de VW à Chattanooga.

"Nous continuerons à réclamer un dialogue avec VW à tous les échelons pour amener l'entreprise à renoncer à son antisyndicalisme à Chattanooga et à entamer la négociation d'une première convention collective avec la section 42 de l'UAW," a déclaré le Secrétaire-trésorier du syndicat, Gary Casteel.

"Nous n'abandonnerons pas tant que Volkswagen ne nous aura pas reconnus."