• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Travail précaire dans un site de Rio Tinto à Madagascar

21.10.2013

Le 7 octobre, des membres de la Fédération des Syndicats des Travailleurs de l’Énergie et des Mines (FISEMA), affiliée à IndustriALL Global Union, ont distribué des tracts sur le site de Rio Tinto à Fort-Dauphin pour commémorer la Journée mondiale pour le travail décent et attirer l'attention sur le combat qu'ils mènent contre les licenciements en masse qui ont eu lieu dans cette usine.

Aucune solution équitable n'est proposée pour les 300 travailleurs qui ont été licenciés après la résiliation soudaine, en juillet dernier, du contrat d'un sous-traitant par Rio Tinto Madagascar. Solidaire avec ces travailleurs précaires et après avoir déjà adressé à Sam Walsh, le CEO de Rio Tinto, un courrier sur la question le 20 août, IndustriALL lui a envoyé une autre lettre de protestation à l'occasion de la Journée mondiale pour le travail décent du 7 octobre.

IndustriALL y exprime ses vives préoccupations devant les licenciements massifs opérés par Rio Tinto chez QMM à Madagascar et devant l'impact de ces mesures sur les travailleurs et sur la communauté.

Au nom d'IndustriALL Global Union et de son Réseau syndical mondial Rio Tinto, je vous exhorte, en tant que CEO, à entamer avec sérieux un véritable dialogue avec les syndicats et le gouvernement afin de remédier à la terrible situation que vivent les travailleurs licenciés, dans le respect de la législation nationale et des normes internationales du travail.

déclare le Secrétaire général d'IndustriALL Global Union, Jyrki Raina.

En juillet 2013, QMM a résilié son contrat avec la société OMEGA Risk Solutions spécialisée dans la sécurité. QMM a choisi de la remplacer par deux firmes moins chères, dans le but de réduire ses coûts de fonctionnement. La résiliation par Rio Tinto du contrat d'OMEGA Risk Solutions a entraîné le licenciement collectif de 300 travailleurs, avec à peine un mois de préavis. Notre affilié FISEMA a tenté, en vain, d'entamer un dialogue social avec QMM pour trouver une solution pour ces travailleurs licenciés au mépris des engagements pris en matière sociale.

Pour en savoir plus sur ce cas, lire l'article intégral ici.