Jump to main content
IndustriALL logotype

Un groupe d’experts se penche sur la transformation de l’industrie automobile

21 June, 2019L’industrie automobile connaît des changements rapides et spectaculaires, en raison d’un basculement technologique vers des véhicules électriques ou hybrides et autonomes. IndustriALL Global Union a accueilli ces 19 et 20 juin à Genève, en Suisse, une réunion d’un groupe d’experts en vue d’élaborer des stratégies syndicales pour répondre à ces mutations.

La réunion a vu la participation d’experts de syndicats de l’automobile affiliés à IndustriALL : IF Metall de Suède, IG Metall d’Allemagne, KMWU de Corée, JAW du Japon, NUMSA d’Afrique du Sud, Unifor du Canada, UAW des États-Unis et Unite du Royaume-Uni.

Georg Leutert

Le directeur d’IndustriALL pour le secteur automobile, Georg Leutert, a ouvert les débats par ces mots :

“Le changement au sein du secteur est complexe et inégal, avec des technologies et des contextes politiques concurrents. Cela rend difficile l’élaboration d’une réponse syndicale et l’incertitude retarde les actions.

“Mais nous avons certaines de ces réponses. Des scénarios émergent clairement ainsi que des exemples de bonnes pratiques en vue d’une transition qui pérennise l’emploi. En nous concentrant sur ces éléments, nous pouvons élaborer un plan d’action commun qui assure que les droits des travailleurs et travailleuses soient défendus.”

Le Dr Martin Schwarz-Kocher, de l’Institut IMU de Stuttgart, en Allemagne, a brossé un tableau détaillé de la situation dans le secteur et des possibles scénarios pour son évolution future. La mobilité électrique est la solution la plus énergétiquement efficace et, sans elle, le monde ne pourra pas atteindre ses objectifs climatiques de Paris. Il y aura également un changement significatif dans la culture du transport avec un basculement du privé vers le public.

Dr Schwarz-Kocher

Un certain nombre de technologies différentes appliquées aux véhicules sont élaborées, notamment des systèmes hybrides (HEV et PHEV), des batteries (BEV) et des piles à hydrogène (FCEV). On ne peut pas dire laquelle va dominer. La demande future en main d’œuvre va largement dépendre du type de groupe propulseur qui viendra sur le marché et à quel moment. Il est probable que les trois types de technologies vont cohabiter.

Le Dr Schwarz-Kocher a expliqué que le modèle de production de masse des producteurs actuels d’équipement d’origine faisait face à la concurrence de producteurs plus petits et spécialisés ayant recours à l’impression 3-D, à un basculement des lignes d’assemblage vers une production modulaire ainsi que vers d’autres formes de mobilité.

Groupe propulseur d’un véhicule conventionnel. OSX, Wikimedia Commons

Avec une stratégie solide, bien gérée, il est possible d’effectuer avec succès cette transition avec seulement une petite réduction de l’emploi et sans impact majeur sur le secteur. Cependant, les travailleurs et travailleuses dans la recherche et le développement seront particulièrement touchés et jusque 45% des emplois concernant les groupes propulseurs pourraient être affectés négativement. Les groupes propulseurs électriques comptent un nombre significativement réduit de composants et requièrent moins de personnel pour leur assemblage.

Concepts de groupes propulseurs de véhicules électriques et hybrides

Il y aura un changement radical dans les tâches et des ingénieurs en mécanique devront peut-être se reconvertir vers l’électricité ou l’informatique.

L’industrie automobile est particulièrement dépendante d’un écosystème d’expertise et maintenir des pôles industriels régionaux qui peuvent continuer à être innovants est important pour maintenir l’emploi. Cela signifie qu’il faut une coordination entre les autorités locales, les équipementiers et producteurs de composants, la mutation des usines manufacturières et le développement des compétences des travailleurs et travailleuses.

Les participants ont comparé leur expérience avec les scénarios évoqués. Au plan mondial, les évolutions sont inégales et le rôle joué par l’infrastructure permettant la recharge des véhicules électriques, ainsi que celle permettant la production d’électricité, est terriblement important. Comme les gouvernements n’ont pas joué un rôle moteur dans une nécessaire standardisation, il est probable que celle-ci se fera par le biais de la concurrence et de la consolidation de grandes compagnies énergétiques. De manière générale, l’érosion des salaires pourrait affecter la viabilité du marché et seules les classes moyennes disposant de garages privés seront en mesure d’installer des stations de charge à domicile.

Les syndicats ont besoin d’un cadre reprenant des droits communs, comme une charte de la transition pour le secteur. Les travailleurs et travailleuses ont droit à un travail et à la stabilité de l’emploi ainsi que le droit de connaître les changements planifiés.

Le groupe de travail d’IndustriALL sur l’automobile se réunira en décembre. Avant la réunion, une démarche sera mise en place pour cartographier les politiques nationales et les exemples des meilleurs pratiques feront l’objet d’un développement.