• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Une ingérence extérieure compromet le libre choix des travailleurs de VW à Chattanooga

17.02.2014

Un vote sur la représentation syndicale à l’usine Volkswagen de Chattanooga, Tennessee, se termine par une défaite de l’UAW, affilié à IndustriALL, par 626-712 voix après des menaces et des mesures d'intimidation de politiciens du Parti républicain et de groupes opposés au syndicalisme.

Les salariés de l'usine Volkswagen à Chattanooga ont voté contre une représentation syndicale qui aurait permis la création d'un comité d'entreprise. Ce modèle de relations patronales-syndicales aurait été utilisé pour la première fois aux États-Unis, avec le soutien de l'entreprise Volkswagen et du directeur général de son usine à Chattanooga, Frank Fischer.

À la fin des trois jours d’une l'élection contrôlée par le bureau national des relations de travail, il était clair, le 14 février, que les salariés de Volkswagen avaient voté contre une représentation de United Auto Workers (UAW) par 712 voix contre 626.

Le libre choix des salariés s’est trouvé contrecarré par une campagne agressive d'opposition menée par des politiciens du Parti républicain et des groupes opposés au syndicalisme, comportant des menaces et des mesures d'intimidation. Des législateurs républicains du Tennessee ont menacé de refuser des mesures fiscales incitatives pour Volkswagen si les salariés votaient en faveur d’une représentation syndicale. Un sénateur républicain a affirmé avoir reçu “l’assurance” d'un nouvel investissement si les salariés votaient contre le syndicat.

L'élection a eu lieu à la suite d'une coopération sans précédent entre IndustriALL, United Auto Workers (UAW) et la fédération allemande IG Metall. UAW a beaucoup travaillé au cours des semaines qui ont précédé l'élection, après avoir reçu la permission d'entrer dans l'usine pour informer les salariés des conséquences et des avantages de l'établissement d'un comité d'entreprise.

“Alors que nous aurions certainement préféré une victoire des travailleurs et travailleuses ici, nous respectons scrupuleusement le comité d'entreprise du groupe mondial Volkswagen, la direction de Volkswagen et IG Metall qui ont fait de leur mieux pour créer une atmosphère libre et ouverte permettant au personnel d'exercer son droit fondamental de constituer un syndicat,” a déclaré le président de l’UAW, Bob King.

“Nous félicitons Volkswagen pour son engagement envers les droits de la personne dans le monde, pour les droits des travailleurs et travailleuses et pour avoir tenté d'obtenir une atmosphère de liberté pour prendre une décision,” a déclaré le directeur de la région 8 de l’UAW, Gary Casteel, responsable de la syndicalisation dans la région sud du syndicat. “Malheureusement, des tierces parties motivées politiquement ont menacé l'avenir économique de cette installation et la possibilité pour le personnel de créer un modèle d'opérations fructueux qui aurait permis d'améliorer l'emploi au Tennessee.”

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, déclare à cet effet:

“C'est une triste nouvelle pour la famille mondiale de IndustriALL, mais également pour le personnel de l'usine VW à Chattanooga. Une ingérence extérieure a compromis le libre choix des travailleurs et travailleuses.  La main-d'œuvre dans le Tennessee aurait eu la possibilité de bénéficier d'une véritable liberté syndicale. Nous félicitons les 626 qui ont résisté aux menaces et aux mesures d'intimidation et qui ont voté en faveur de la défense de leurs droits collectifs.”

L'usine du Tennessee est la seule unité de fabrication dans le monde sans représentation syndicale.