• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Des membres du syndicat Tamilnadu Textile and Common Labour Union lors d'une manifestation

Des membres du syndicat Tamilnadu Textile and Common Labour Union lors d'une manifestation

Des membres du syndicat Tamilnadu Textile and Common Labour Union lors d'une manifestation

Une série de suicides et de décès dans les filatures d'Inde du Sud

15.02.2018

Tout récemment, le 6 février, le corps de Dharshini Balasubramani a été retrouvé au foyer des travailleuses de l'usine Dollar Spinning, dans l'État du Tamil Nadu.

Onze jours à peine avant son 14e anniversaire, cette enfant du village de Kalkudi, dans le district de Puthukottaï, s'est suicidée dans sa chambre du foyer. La veille, Dharshini avait travaillé 16 heures, en deux pauses continues de 8 heures à minuit.

Après son travail, on lui avait demandé de revenir pour la pause du matin, à 8 heures. Lorsque le gardien a frappé à sa porte, à 8h15, il n'a pas eu de réponse et elle a été trouvée pendue au ventilateur du plafond.

Dharshini, qui avait perdu sa mère et vivait avec son père et un frère, avait été recrutée par l'intermédiaire d'un agent et s'était installée au foyer de l'usine il y a trois mois à peine. Avant d'emménager dans une chambre avec ventilation et une fenêtre donnant sur l'extérieur, elle avait passé deux mois et demi dans un sous-sol avec quatre autres filles du même village.

Elle était payée 260 roupies (4 $) par jour. Habituellement, les filles séjournant dans le foyer doivent travailler en continu pour remplacer les absentes.

Des représentants du syndicat Tamilnadu Textile and Common Labour Union déclarent qu'on a dénombré récemment de nombreux décès de travailleuses. T Manjula serait décédée à 33 ans dans un accident à la firme SMP Textiles à Nilakottaï, dans le district de Dinidigul. Elle vivait avec un fils de 12 ans et deux filles de 11 et 9 ans.

N Kalaiyarasi, une jeune-fille de 14 ans qui avait repris le travail à l'usine Dindigul Cotton Spinning Mills alors qu'elle souffrait de pneumonie, est décédée le 3 octobre 2017 à l'hôpital. Elle était retournée au travail après une visite à l'hôpital pour éviter de perdre la prime de 2.700 roupies (41,52 $) payée à ceux qui acceptaient de travailler pendant le festival de Diwali.

Un travailleur activiste de 24 ans, Sebastin Inbaraj, assistant monteur chez Prabhu Spinning Mills, se serait suicidé le 15 mai 2017 après que la direction de l'usine l'ait accusé de vol et qu'il ait été insulté et battu devant ses collègues. Apparemment, il soutenait des travailleuses dans leur combat pour leurs salaires et pour le respect de leurs droits.

Le 10 mars 2017, une jeune-fille de 17 ans a été trouvée morte dans sa chambre de la résidence des Ganapathy Spinning Mills, à Vellakoil, dans le district de Tirupur.

D'autres décès suspects ont été signalés en 2016. Une petite fille a été retrouvée morte dans une filature de Vellakoil, le 10 mars, et Azhagu Sumathi le 14 mars dans le village de Vadipatti.

La plupart étaient issues de familles de travailleurs agricoles pauvres. Les agents versent une avance à la famille pour recruter des filles pour les filatures. Même si elles veulent rentrer chez elles, elles ne le peuvent pas tant qu'elles n'ont pas remboursé cette avance.

Les conditions de travail sont dures, les conditions de santé mauvaises et elle subissent du harcèlement sexuel au travail. Faute de contrôle des autorités, les employeurs bafouent la loi et les travailleuses n'ont aucune possibilité de recours. Les employeurs opposent une résistance farouche aux syndicats et profitent de la pauvreté des familles pour clôturer l'affaire en leur versant une maigre indemnisation.

Apoorva Kaiwar, la Secrétaire régionale d'IndustriALL pour l'Asie du Sud, déclare :

"Il est inacceptable que des travailleuses de filatures subissent des conditions de travail dangereuses. Le nombre des décès suspects signalés est alarmant. Le gouvernement devrait intervenir immédiatement pour s'attaquer à ce problème."