Jump to main content
IndustriALL logotype
Article placeholder image

Violentes répercussions d’une grève au Cambodge

11 October, 2013Une grève des travailleuses et travailleurs de la confection au Cambodge pour soutenir les revendications portant sur une hausse salariale mensuelle de 14 USD a provoqué des mises à pied massives et des arrestations en juin. Les personnes emprisonnées sont toujours détenues, dans l’attente d’accusations portées contre elles.

En juin, l’un des syndicats des travailleuses de la confection au Cambodge affilié à IndustriALL Global Union, le FTUWKC, a subi un sérieux contrecoup lors de la grève organisée pour obtenir une hausse salariale mensuelle de 14 USD. Les 415 travailleuses et travailleurs identifiées par la direction pour avoir pris part à la grève ont été mises à pied. Il s’agit de membres du personnel de l’usine Sabrina dans la province de Kampong Speu, située à l’ouest de la capitale Phnom Penh, qui produit des articles pour Nike, Wilson Sports Apparel et Lululemon Athletica.

Des mandats d’arrêt ont été délivrés par la suite contre 16 membres du personnel, identifiés par la direction comme ayant joué un rôle déterminant dans la campagne syndicale. Huit personnes se cachent actuellement, les huit autres ont été emprisonnées. Actuellement, quatre mois après les évènements, des accusations n’ont pas encore été portées contre ces personnes qui attendent dans la même cellule.

Seules, 50 travailleuses parmi plus de 400 touchées par une mise à pied ont été réintégrées. IndustriALL Global Union a demandé au FTUWKC de fournir la liste des 50 personnes et de vérifier la raison pour laquelle elles n’ont pas repris le travail comme les autres travailleuses et travailleurs.

Deux femmes enceintes qui ont tragiquement perdu leur bébé pendant la grève n’ont pas encore reçu d’indemnisation. Le médecin de l’entreprise a déclaré au contraire qu’il n’était pas sûr qu’elles ont perdu leur bébé durant la grève.

IndustriALL Global Union soutient les revendications de FTUWKC concernant la mise en liberté immédiate des huit personnes arrêtées et l’établissement d’un dialogue de bonne foi par la direction locale de Sabrina.