• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les membres du KMWU appellent Hyundai Heavy Industries à cesser la restructuration lors d'une manifestation, le 15 février, devant les grilles du chantier naval à Ulsan. Photo : Dong-Jun SHIN

Rassemblement du Syndicat coréen des travailleurs de la métallurgie devant les grilles de Hyundai Heavy Industries à Ulsan, avec la promesse de soutenir le combat contre une restructuration illégitime. Photo : Dong-Jun SHIN

Le Président du KMWU, KIM Sang Gu, à la manifestation du 15 février, promet de soutenir le combat des travailleurs contre une restructuration illégitime. Photo : Dong-Jun SHIN

Des responsables syndicaux venus de tout le pays et le député Kim Jong-hun donnent une conférence de presse devant HHI avant le rassemblement. Photo : Dong-Jun SHIN

Les membres du KMWU rassemblés devant les chantiers navals HHI chantent leur détermination à "faire capoter la restructuration" pendant le rassemblement du 15 février devant les grilles du chantier naval. Photo : Dong-Jun SHIN

Le Président de la section de Hyundai Motor du KMWU, Park Yu Gi, le Président de la section d'Ulsan du KMWU, Kang Su Yeol, et le Président du Conseil régional d'Ulsan de la KCTU, Kwon Ogil, s'adressent aux manifestants. Photo : Dong-Jun SHIN

4.000 travailleurs de la métallurgie coréens protestent contre la restructuration du plus grand chantier de construction navale au monde

17.02.2017

Près de 4.000 travailleurs de la métallurgie se sont rassemblés devant le chantier naval Hyundai Heavy Industries (HHI) d'Ulsan, en Corée du Sud, le 15 février, déterminés à faire échouer le plan de restructuration du plus grand constructeur naval du monde.

Les spécialistes et les syndicats coréens sont persuadés que Chung Mong-Joon, membre de la dynastie chaebol Hyundai et actionnaire majoritaire de HHI, restructure l'entreprise pour en céder la propriété à son fils, Chung Ki-sean, une manœuvre qui serait illégale en droit coréen.

HHI a annoncé en octobre sa scission en six unités : Robotique, Service global, Electricité et systèmes énergétiques, Engins de construction, Energie verte et Industrie lourde. Ce programme de restructuration figure à l'ordre du jour d'une assemblée des actionnaires prévue pour le 27 février. Les travailleurs de HHI prévoient de faire grève du 22 au 27 février pour bloquer cette réunion.

Notre affilié, le Syndicat coréen des travailleurs de la métallurgie (KMWU), s'est engagé à soutenir les travailleurs qui ont voté et décidé de rejoindre ses rangs en décembre 2016. Le KMWU a attiré des milliers de délégués d'atelier de tout le pays pour participer au rassemblement qui coïncidait avec un arrêt de travail de quatre heures. S'adressant aux manifestants, le Président du KMWU, KIM Sang Gu, a déclaré : "Le combat contre cette restructuration n'est pas seulement celui des travailleurs de Hyundai Heavy Industries. Je proclame devant vous que c'est le combat des 170.000 travailleurs du KMWU.

"Le KMWU va faire barrage à cette restructuration, qui est une tentative de Chung Mong-joon et du gouvernement de Park Geun-hye de faire porter la responsabilité du recul de l'industrie de la construction navale sur les travailleurs."

Pour Baek Hyeong-rok, responsable syndical chez Hyundai, "Ces nouvelles sociétés vont constituer la base de la troisième génération de maîtres de Hyundai Heavy Industries dans la famille de Chung Mong-joon. Ils veulent monopoliser toute la richesse constituée par le travail ardu des ouvriers. Nous ne pouvons accepter une assemblée des actionnaires qui serve les seuls intérêts de Chung Mong-joon. Nous l'empêcherons."

HHI a refusé de reconnaître le KMWU en tant qu'agent de négociation collective, alors même qu'il est reconnu par Hyundai Motors. Le Président de la section de Hyundai du KMWU, Park Yu Gi, a promis de soutenir les travailleurs de HHI lors de la manifestation : "Les travailleurs de Hyundai Motors sont aux côtés de leurs camarades de Hyundai Heavy Industries. Nous lutterons ensemble jusqu'à ce que nous remportions cette bataille contre une restructuration illégale."

This article was updated on 20 February 2017.