• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr

EDF

26.10.2012

L’accord, d’application dans tous les pays où Electricité de France (Group EDF) a le contrôle d’entreprises, affirme l’engagement du producteur et fournisseur d’énergie français en expansion rapide à respecter toutes les Conventions fondamentales de l’OIT sur les droits syndicaux et les droits de travailleurs, la Déclaration des Droits de l’Homme et les dix principes du Pacte Mondial de l’ONU.

Des syndicats et des représentants des travailleurs issus de l’ensemble du Groupe EDF de par le monde ont également été impliqués dans la négociation de l’accord. D’autres organisations syndicales internationales ont aussi été impliquée dans la négociation dont l’Internationale des Services Publics, la Fédération internationale des syndicats de travailleurs de la chimie, de l'énergie, des mines et des industries diverses et la Fédération mondiale des travailleurs de l'industrie.

La santé et la sécurité des travailleurs d’EDF comme des salariés des sous-traitants du Groupe EDF sont cités comme « une priorité ». L’accord reflète l’importance de la formation à la sécurité et aux actions à mener pour prévenir les dangers professionnels. Il a également un contenu responsable concernant la communication avec les communautés locales sur des dangers environnementaux potentiels et la mise en œuvre d’une politique pour prévenir et réduire les dangers connus. Il prend également un engagement en faveur du développement d’énergies renouvelables.

Le Groupe EDF s’engage à ce que « chacun des salariés d’une société qu’elle contrôle soit couvert par des systèmes de protection sociale qui lui permettent de bénéficier de garanties et de protections en vue de sa retraite future, et d’assurer sa dignité physique et morale en cas d’accident du travail, de maladie ou de maternité, »

Cet accord comprend également des dispositions concernant les sous-traitants travaillant pour EDF. Les principes cités comprennent le respect intégral des normes internationales, du respect de la loi, de la santé et de la sécurité des salariés, de l’éthique vis-à-vis des consommateurs ainsi que le respect de l’environnement.

L’accord a été conclu pour une période de trois ans et six mois après la signature, un dialogue sera mis en place entre les travailleurs et la direction dans toutes les sociétés du Groupe EDF sur les conditions et la mise en œuvre de l’accord. Un passage en revue de la mise en œuvre globale de l’Accord mondial aura lieu tous les ans et un Comité de Dialogue sur la Responsabilité Sociale du Groupe EDF (CDRS) comprenant des représentants de chacun des syndicats et organisations internationales signataires a été créé pour mener ces discussions annuelles. De plus, le Secrétaire du Conseil d’Entreprise Européen du Groupe EDF est membre d’office du CDRS.

Le Groupe EDF emploie 167.000 salariés de par le monde. Il déploie des activités en France, au Royaume Uni, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Pologne et en Hongrie et fourni des services d’ingénierie et de consultance dans d’autres pays d’Europe centrale et orientale. Il possède des activités de vente et de distribution en Argentine, au Brésil ainsi qu’au Mexique et s’installe rapidement en Chine, au Laos et au Vietnam. Cette compagnie basée à Paris est également active dans le domaine de la production électrique en Egypte, au Maroc, en Côte d’Ivoire et en Afrique du Sud.

L’ACM EDF CONCRETEMENT :

Accord signé le 24 janvier 2005

Syndicat concerné dans le pays d’origine : FCE-CFDT, France