Jump to main content
IndustriALL logotype

Iran : IndustriALL accentue la solidarité et le renforcement syndical auprès de l’UMMI

9 August, 2018IndustriALL Global Union a ouvert une nouvelle ère de soutien en faveur de son affilié iranien UMMI (Syndicat des métallurgistes et mécaniciens d’Iran), par le biais d’une session de renforcement des capacités au leadership à Sapanca, en Turquie, du 6 au 8 août, afin d’élaborer un plan en vue de faire avancer la coopération et la solidarité. L’affilié turc d’IndustriALL, le syndicat des métallurgistes Birleşik Metal-İş fournit un apport essentiel.

Cette session, organisée par IndustriALL, visait entre autres à également renforcer la coopération entre les deux syndicats. L’UMMI regroupe des métallurgistes et des mécaniciens au sein de différents secteurs dans des conditions extrêmement difficiles et doit maintenir ses activités dans la clandestinité. Birleşik-Metal-İş en a eu l’expérience, car l’organisation dont il est issu avait été interdite après le coup d’État militaire de 1980.

La réunion a été ouverte par le Secrétaire général de Birleşik-Metal-İş, Özkan Atar, qui a expliqué qu’en dépit du fait que son syndicat avait été interdit pendant 13 ans, il compte maintenant 32.000 membres et une centaine de conventions collectives. Il a accueilli ses hôtes dans le centre de formation des métallurgistes par ces mots :

“L’unité de la classe ouvrière d’où qu’elle soit et la solidarité avec elle dans les nations opprimées font partie de nos principes. Nous croyons que des luttes communes sont importantes et nous sommes prêts à apporter toute notre solidarité et tout notre soutien à nos camarades d’Iran.”

Des représentants de l’UMMI ont expliqué comment ils fonctionnent dans la clandestinité. Le Président du syndicat, Maziyar Gilaninejad, technicien dans une usine métallurgique, a indiqué qu’il avait grandi en rendant visite à son père en prison en raison de ses activités syndicales et rejoint l’UMMI en 1982. Le syndicat a été obligé de fonctionner dans la clandestinité depuis 1983. Depuis 2001, il fonctionne plus ouvertement mais n’est toujours pas autorisé à ouvrir des comptes bancaires ou des locaux syndicaux et ses militants sont régulièrement mis en détention.

En juin, des dizaines de métallurgistes qui manifestaient ont été arrêtés. En raison du fait que certains d’entre eux arboraient des pancartes avec le logo d’IndustriALL, ils ont été soumis à d’intenses interrogatoires de la part des forces de sécurité pour découvrir de quoi il s’agissait. En dépit de la répression, le syndicat est en mesure d’organiser des actions avec la base pour obtenir des améliorations. Des manifestations et la révélation sur la place publique du comportement de mauvais employeurs ont conduit au paiement d’arriérés de salaires.

Le syndicat diffuse des informations du point de vue des travailleurs dans un magazine, qui est distribué sur les lieux de travail et publié sur son site web, sa page Facebook et sur une chaîne de l’appli sécurisée Telegram.

Le syndicat accorde une très grande priorité à l’éducation et forme ses membres aux droits des travailleurs, y compris s’agissant des structures syndicales internationales et des Conventions de l’OIT.

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL Kemal Özkan indique :

“Le capital international s’est introduit en Iran, en particulier dans nos secteurs que sont l’automobile ainsi que le pétrole et le gaz. Les travailleurs et travailleuses y sont exploités par des entreprises avec lesquelles nous avons des conventions dans d’autres pays. L’affiliation de l’UMMI est importante pour nous d’un point de vue politique parce qu’elle peut nous aider à obtenir un changement au niveau des droits syndicaux et de l’homme en Iran. La solidarité entre les syndicats de la métallurgie au sein de la région et avec IndustriALL est cruciale.”

La délégation a visité la tréfilerie Bekaert à Izmit. Il y a eu là une convention collective signée par Birleşik-Metal-İş, qui y compte une forte densité syndicale. Après un conflit ayant eu lieu dans le passé, les relations sociales y sont maintenant positives. La délégation de l’UMMI s’est entretenue avec les travailleurs, avec le délégué syndical et le directeur des ressources humaines pour découvrir l’efficacité du fonctionnement des relations sociales.