• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Jenny Holdcroft IndustriALL and Pascal Brun H&M

Cambodia

Myanmar

Indonesia

Turkey

Bangladesh

Les comités de surveillance pour la mise en œuvre de l’Accord-cadre mondial signé avec H&M se réunissent aux fins de renforcer les relations du travail

02.10.2017

Le système des comités nationaux de surveillance constitue le mécanisme de mise en œuvre de l’Accord-cadre mondial signé entre H&M et IndustriALL. Etablis dans cinq pays, ces comités se sont réunis les 1er et 2 octobre dans la ville thaïlandaise de Bangkok.

Pascal Brun, Directeur de la durabilité à H&M, et Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL Global Union, ont souhaité la bienvenue aux participants et se sont réjouis à la perspective d’une collaboration fructueuse.

« Vous êtes le lien direct avec les travailleurs, qui sont une composante cruciale de notre programme social. Il est par conséquent de la responsabilité de chacun d’entre nous de veiller au renforcement et à l’opérationnalité des relations du travail. Ces deux prochains jours doivent être consacrés au partage des meilleures pratiques », a indiqué Brun. « Vous nous avez aidés à devenir un meilleur acheteur. Les comités nationaux de surveillance sont une façon de travailler innovante. Je souhaite que vous puissiez tous débattre de manière très constructive ».

Le système des Comités nationaux de surveillance vise à élaborer des plans et des stratégies nationaux à court et à long termes veillant à ce que les fournisseurs mettent en œuvre l’Accord-cadre mondial. Ce système est actuellement en place au Bangladesh, au Cambodge, en Indonésie, au Myanmar et en Turquie. Les Comités sont composés des syndicats présents sur le terrain et de représentants de H&M.

« Bien que la mise en œuvre de l’Accord-cadre mondial de H&M soit récente, elle contient des éléments très positifs. Le système des Comité national de surveillance crée un espace qui permet non seulement à nos syndicats de se développer en tant que partenaires sociaux responsables mais également de renforcer leurs capacités à organiser les travailleurs et à user de la négociation collective, ce dont ils ont besoin pour évoluer et se renforcer », a déclaré Holdcroft.

Steffan Herrström, Ambassadeur de Suède en Thaïlande, au Myanmar et au Laos, s’est adressé aux Comités nationaux de surveillance lors du deuxième jour de la réunion.

« Ce que vous faites ici, en tant que partenaires de l’Accord-cadre mondial de H&M, pour renforcer la collaboration et le développement de l’esprit d’équipe, est une étape importante pour améliorer les relations du travail et les mécanismes de négociation collective dans les pays où vous travaillez. Il est encouragent de voir cette évolution. Bien que je me rende compte que cette voie est difficile, je suis fermement convaincu que c’est celle qu’il faut suivre pour permettre le dialogue social, et ainsi promouvoir une entreprise durable qui profite à tous au bout du compte », a indiqué Herrström.

Les Comités ont préparé leurs rapports de pays annuels pour l’année 2017 qu’ils présenteront à la Commission mixte de développement des relations du travail (JIRDC). Chrisina Hajagos-Clausen, Directrice d’IndustriALL en charge de l’industrie textile et de l’habillement, du cuir et des chausseurs, a indiqué: 

« Nous voulons voir s’établir des comités nationaux de surveillance dans un plus grand nombre de pays ainsi que voir se mettre en place un plus grand nombre de mécanismes de mise en œuvre de ce type dans d’autres accords-cadres mondiaux pour en garantir l’efficacité ».