• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Des milliers de travailleurs de la confection cambodgiens sont descendus dans les rues ce 17 septembre pour revendiquer des salaires plus élevés.

Les enseignes déclarent qu’elles paieront davantage pour les vêtements fabriqués au Cambodge

19.09.2014

Dans une démarche sans précédent, huit grandes enseignes de la mode ont déclaré être disposées à payer davantage pour des vêtements fabriqués au Cambodge. Ceci fait suite à la journée mondiale d’action des syndicats en faveur de la revendication des travailleurs et travailleuses de la confection en vue de meilleurs salaires.

Les enseignes, parmi lesquelles l’un des plus gros acheteur au Cambodge, H&M, ainsi qu’Inditex (Zara) et Primark, ont écrit au Vice-premier Ministre cambodgien et au Président de la GMAC (l’association patronale des fabricants de vêtements) indiquant qu’elles étaient disposées à prendre en compte des salaires plus élevés dans la fixation des prix.

De plus, ces enseignes, au nombre desquelles on retrouve Next, New Look, C&A, Tchibo et N Brown Group, déclarent souhaiter voir une collaboration avec les syndicats sur les lieux de travail.

Cette lettre, envoyée au lendemain de la journée d’action mondiale du 17 septembre, précise :

“Nos politiques d’achat vont permettre le versement d’un salaire équitable et ces rémunérations à la hausse seront reflétées dans nos prix FOB, prenant également en compte les gains de productivité et d’efficacité et le développement des qualifications des travailleurs, le tout mis en place en collaboration avec les syndicats au niveau local.”

Jyrki Raina, Secrétaire général d’IndustriALL Global Union, déclare :

Nous saluons ce courrier sans pareil par lequel les enseignes affirment leur volonté d’incorporer la notion de salaires plus élevés en payant davantage pour les vêtements. Les propriétaires des usines n’ont aucune excuse pour ne pas mieux payer leurs salariés. Qui plus est, le gouvernement cambodgien devrait relever le salaire minimum de manière significative. La lettre montre aussi que les enseignes reconnaissent que les syndicats sont prépondérants pour assurer de meilleurs droits aux travailleurs, un salaire vital et décent et un marché stable.

La lettre a également rencontré l’approbation d’Ath Thorn, président du syndicat cambodgien de la confection C.CAWDU, qui déclare : "Le message adressé par les enseignes constitue une étape importante. Mais elle ne les absout pas de leur responsabilité de prendre de réelles mesures et de négocier directement avec les travailleurs. Nous avons appris d’expériences passées qu’une lettre n’a pas un poids suffisant. Les enseignes doivent prendre instamment des mesures supplémentaires pour assurer de meilleurs salaires aux travailleurs et travailleuses cambodgiens. Pour obtenir une stabilité à long terme et des salaires décents, il faut que ceux qui font les plus gros bénéfices assument les conséquences de leurs actes." 

Ken Loo, Secrétaire général de la GMAC a indiqué : “La GMAC est ravie de recevoir ce courrier parce que c’est le premier engagement officiel à notre connaissance de quelque acheteur que ce soit à fixer des prix FOB plus élevés pour s’assurer que les travailleurs puissent percevoir un salaire vital équitable.”

Cependant, Loo a ajouté que d’autres enseignes devaient donner des garanties similaires.

Les enseignes ont averti qu’en même temps qu’elles s’engageaient à se fournir au Cambodge, elles attendaient du gouvernement et de l’association patronale GMAC une sortie du blocage actuel des relations sociales.

“Pour soutenir les volumes prévus, il est nécessaire d’avoir une attitude positive et un soutien de la part des autorités par rapport à la liberté syndicale, au droit à négocier collectivement, aux salaires vitaux équitables et à la résolution pacifique des conflits. Ceci apportera alors l’assurance et la confiance nécessaires par rapport au Cambodge afin de continuer à promouvoir son marché en tant que pays fournisseur stratégique.”

Des milliers de travailleurs de la confection ont revêtu leurs T-shirts oranges lors de leurs pauses du déjeuner pour manifester devant les usines le 17 septembre en faveur d’une hausse du salaire minimum de 100 à 177 dollars par mois. Cette action était soutenue par IndustriALL Global Union, UNI Global Union et la CSI. Des dizaines d’ONG ont soutenu le mouvement et des piquets ont été organisés devant des boutiques dans le monde entier.

Le même jour, des discussions tripartites ont eu lieu entre le gouvernement, la GMAC et les syndicats. La Commission Consultative du Travail, chargée de fixer le nouveau salaire minimum, doit se réunir à nouveau le 26 septembre et sa décision est attendue pour le début octobre.

IndustriALL compte huit syndicats de la confection affiliés au Cambodge.

Pour davantage d’informations, veuillez prendre contact avec :

Léonie Guguen

[email protected] 

Tel : + 41 (0)22 308 50 24

[email protected]

Numéro général : + 41 (0)22 308 50 50

www.industriall-union.org