• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Para el sindicato el acuerdo significó un avance en pos del respeto a la negociación colectiva y el cumplimiento de los convenios colectivos

Les métallurgistes uruguayens obtiennent un accord avec CIMSA à l’issue d’une grève et d’actions de protestation

27.06.2017

Les métallurgistes uruguayens ont obtenu un accord avec CIMSA après être partis en grève pour soutenir leurs revendications de voir l’entreprise se conformer aux conventions collectives et au paiement des salaires.

L’entreprise cimentière CIMSA a finalement entendu les plaintes de ses travailleurs et travailleuses, membres du Syndicat national des métallurgistes, UNTMRA, un affilié uruguayen d’IndustriALL Global Union. Après avoir mené des actions et appelé à une grève illimitée, le syndicat est parvenu à un accord avec l’entreprise.

Les travailleurs soutenaient que CIMSA ignorait la législation du travail uruguayenne et négligeait de payer les salaires.

“Le conflit concernait la violation par CIMSA des conventions collectives en vigueur. Nous défendons les salaires dont dépendent les familles, qui ont été versés avec retard et pas intégralement. Nous avons négocié avec l’entreprise pendant 45 jours au cours desquels elle a ignoré la législation sur les conventions collectives,”

a expliqué John Almada de l’UNTMRA.

Après des nombreuses sessions de pourparlers, l’entreprise a finalement répondu aux revendications des travailleurs et travailleuses et est convenue de verser 50% des arriérés et de payer les journées de grève. Le syndicat est d’avis que cet accord représente un progrès par rapport à la négociation collective et au respect des conventions collectives.

CIMSA est une entreprise argentine opérant en sous-traitance pour l’ANCAP (Administration nationale des combustibles, de l’alcool et du ciment). L’ANCAP est une multinationale propriété de l’État uruguayen qui possède le monopole de l’alcool et gère les combustibles et le ciment. Également, elle importe, raffine et commercialise des produits pétroliers.

Les travailleurs sont mécontents du fait que l’ANCAP ne soit pas intervenue dans le conflit pour forcer CIMSA à se conformer aux conventions collectives. Ils sont dès lors d’avis que l’ANCAP était complice dans ce conflit.

“Nous dénonçons la posture anti-syndicale prise par la direction de l’ANCAP à notre égard et celui des membres de la Fédération ANCAP (FANCAP, également affiliée à IndustriALL),” a indiqué Almada.

La FANCAP est également en conflit avec l’ANCAP, en raison de sa décision de transférer ses services médicaux à une institution privée. Le service médical spécial pour les salariés de l’ANCAP est l’un des principaux acquis du syndicat.

En date du 21 juin, la FANCAP a tenu une assemblée générale pour évaluer la restructuration des services médicaux de l’entreprise et décider quelles actions mener. À la fois la FANCAP et l’UNTMRA ont participé à cette occasion à la grève nationale partielle à l’appel de la centrale syndicale uruguayenne PIT CNT.

Le directeur de département d’IndustriALL, Fernando Lopes, a déclaré ce qui suit par rapport aux conflits de l’UNTMRA et de la FANCAP avec CIMSA et l’ANCAP :

Nos camarades de l’UNTMRA et de la FANCAP peuvent compter sur IndustriALL et ses affiliés. Notre lutte se poursuivra jusqu’à la victoire.”