Jump to main content
IndustriALL logotype

Les réseaux mondiaux et les ACM appelés à défendre les droits des travailleurs de Siemens en Inde

11 October, 2012Le syndicat des travailleurs de Siemens en Inde se bat contre la désyndicalisation et les autres questions syndicales auxquelles il a été confronté au cours des années. Le syndicat espère que l’ACM et le réseau syndical de Siemens auront un effet déterminant pour la défense des droits et des intérêts des travailleurs et travailleuses.

Le 5 octobre 2012, Kan Matsuzaki, directeur du département des TIC, de l’électricité et de l’électronique, et Suzanna Miller, responsable de projet, tous deux à IndustriALL Global Union, ont été accueilli chaleureusement par le syndicat des travailleurs de Siemens (SWU) pour assister à la cérémonie de fondation de la section syndicale nouvellement établie à l’usine Siemens Motor Satellite, et à l’assemblée générale du SWU à Thane, Inde.

Le SWU syndique les travailleurs et travailleuses de l’usine Kalwe, qui possède 3 unités de fabrication, à savoir WMOT (moteurs, générateurs et moteurs de traction), WSGR (appareillages de commutation) et WSWB (tableaux de distribution et disjoncteurs). Le syndicat est le plus important de tous les syndicats de Siemens en Inde. Il se bat actuellement contre la désyndicalisation, l’augmentation du personnel sous contrat temporaire et autres questions syndicales auxquelles il a est confronté depuis des années.

En mai 2012, la direction locale a créé une nouvelle catégorie de personnel ouvrier appelée ‘Trainee Officer’ (stagiaire d’encadrement). Une fois promu ‘Trainee Officer’, le travailleur ou la travailleuse se trouve intégré à une catégorie de personnel d’encadrement, tout en accomplissant les mêmes tâches et les mêmes fonctions qu’auparavant. De nombreuses lois du travail ne s’appliquent plus à eux, comme les lois sur le paiement des heures supplémentaires et sur la durée du travail. En outre, le ‘Trainee Officer’ perd son statut de membre d’un syndicat, quel qu’il soit, et n’a pas le droit de créer ou de rejoindre un syndicat. Depuis la création de cette catégorie, beaucoup de travailleurs et travailleuses se trouvent dans l’obligation d’accepter la promotion, même sans le vouloir. La direction refuse de discuter ou de négocier avec le SWU, et la situation est maintenant bloquée.

L’usine Siemens Motor Satellite dont il vient d’être question, située à 6 km de l’usine de Kalwe, fabrique des moteurs, des générateurs et des moteurs de traction. Les salariés de l’usine sont aussi touchés par la question de la promotion qui est source de démantèlement syndical, et le SWU a présenté une plainte auprès du tribunal industriel à Thane. Il a également remis une lettre demandant une intervention au commissaire adjoint du Travail à Thane pour que les travailleurs et travailleuses retrouvent leur véritable statut de personnel ouvrier en tant que membres du syndicat.

Après la cérémonie de fondation du syndicat à l’usine, l’assemblée générale du SWU s’est déroulée dans une mairie où les membres du comité syndical et des militant(e)s s’étaient rassemblés. Les dirigeants syndicaux d’autres usines à Thane avaient également été invités. Kan Matsuzaki a présenté la nouvelle organisation syndicale mondiale IndustriALL Global Union et le contenu de l’accord-cadre mondial (ACM) signé en juillet 2012. Il a également signalé l’importance d’avoir une application et un contrôle appropriés de l’ACM tout au long du développement des réseaux syndicaux de Siemens.

Comme le SWU fait aussi face à l’augmentation du nombre de travailleurs et travailleuses embauchés par des agences d’emploi privées dans l’usine, Suzanna Miller a présenté le nouveau rapport publié récemment par IndustriALL “The triangular trap - Unions take action against agency labour” (Le piège triangulaire – les syndicats prennent des mesures contre les agences d’emploi privées), en donnant des exemples sur les mythes et excuses des employeurs pour se servir de ce type de main-d’œuvre, en tenant compte l’inégalité de traitement des travailleurs et travailleuses précaires chez Siemens, comme les cantines séparées mises en place récemment pour le personnel en sous-traitance.  Des renseignements ont été donnés sur la campagne mondiale de IndustriALL ‘STOP Travail précaire’. Le syndicat a été invité à y participer activement et à engager une action le 7 octobre.

Le président Girish Ashtekar et le secrétaire général Uday Mahale du SWU ont insisté sur le fait que le syndicat pourrait développer ses activités de syndicalisation, non seulement dans les usines Siemens, mais également chez les fournisseurs pour lutter contre la désyndicalisation et l’augmentation du personnel fourni par des agences d’emploi privées. Le syndicat s’attend à ce que l’ACM et le développement du réseau syndical de Siemens apportent une aide dans la lutte pour la défense des droits et des intérêts des travailleurs et travailleuses.