Jump to main content
IndustriALL logotype

Les syndicats affrontent BHP à son AG

18 October, 2018IndustriALL Global Union et des affiliés représentant les travailleurs de BHP d'Australie, du Brésil, du Canada et de Colombie ont dénoncé le modèle d'entreprise intenable et dangereux du géant minier à son assemblée générale annuelle, qui s'est tenue le 17 octobre à Londres.

Le Secrétaire général adjoint d'IndustriALL Kemal Özkan a contesté les prétentions de la plus grande compagnie minière du monde en matière de durabilité qui, pour lui, n'est pas uniquement une question de résultats économiques, mais concerne aussi l’environnement, la société et le monde du travail.

Parce qu'elle est une entreprise multinationale, BHP devrait se conformer aux normes internationales et offrir du travail sûr, décent, tout en respectant le dialogue social, la protection sociale et les droits des travailleurs, a déclaré Kemal Özkan.

 

BHP a licencié 22.000 travailleurs en deux ans alors qu'elle distribuait le chiffre record de 6,3 milliards de dollars de dividendes aux actionnaires en 2018. Actuellement, BHP emploie 26.000 salariés permanents alors que ses travailleurs contractuels sont au nombre de 34.500.

Jeff  Drayton, du syndicat australien CFMEU, a interrogé BHP sur le rapport existant entre la montée de l'emploi contractuel au charbonnage BHP de Mount Arthur, en Nouvelle-Galles du Sud, et une multiplication des incidents de sécurité. En quelques années à peine, la main-d’œuvre contractuelle est passée de 10 à 50 pour cent sur un effectif total de 1.600 personnes, et elle est payée environ 40 pour cent de moins que le personnel statutaire.

Steve Smyth du CFMEU du Queensland, a demandé pourquoi les travailleurs de BHP atteints d'affections causées par la poussière de charbon ne sont répertoriés en tant que "absences causées par des blessures" même s'ils sont en inactivité pendant des mois. Au début de l'année, le mineur Tyrone Buckton est décédé de silicose et de pneumoconiose imputables aux poussières de charbon après avoir travaillé pendant des décennies chez BHP.

Alors que deux décès sont survenus dans les mines de BHP l'an dernier, Aldo Amaya, de notre affilié Sintracarbón a demandé pourquoi le rapport annuel ne mentionne pas le décès de Carlos Roberto Urbina, survenu à la mine Cerrejón en Colombie, alors que BHP détient 30 pour cent de la mine. Il a également accusé BHP d'utiliser dans les cabines une technologie qui permet de pénaliser les chauffeurs s'ils sont fatigués.

En Amérique latine toujours, Lucineide Varjão, coprésidente du secteur des mines d'IndustriALL et membre de son affilié brésilien CNQ/CUT, a demandé ce que BHP comptait faire des 2.000 travailleurs qui ont perdu leur emploi des suites de la tragique rupture du barrage de Fundão qui a tué 19 personnes, dont 14 travailleurs, en 2015.

Steve Hunt, coprésident du secteur des mines d'IndustriALL et membre de l'United Steelworkers canadien, a exhorté l'entreprise à coopérer avec les syndicats et à procéder à des audits communs de ses mines.

 

Entretemps, le Président de BHP, Ken MacKenzie, a refusé de discuter de la légalité de la constitution de plusieurs mines en une société distincte, South32. Notre affilié d'Afrique du Sud, le National Union of Mineworkers, a fortement souffert des réductions d'effectifs dans l'entreprise.

"BHP proclame que la sécurité est sa priorité, mais l'expérience nous montre que c'est faux. Les réponses que nous avons obtenues à cette assemblée annuelle sont totalement insuffisantes. Si BHP se veut sûre et durable, la première chose à faire est d'associer les travailleurs et les syndicats à chaque étape," a déclaré Kemal Özkan.

En même temps que l'AG de BHP qui se tenait à Londres, le réseau mondial s'est réuni du 16 au 18 octobre et a convenu de concentrer ses activités sur la sous-traitance, la santé et la sécurité et le recrutement des travailleuses dans l'entreprise. BHP prévoit d'employer 50 pour cent de femmes d'ici 2025.