• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Cinq travailleurs sont morts dans l’incendie ayant éclaté à bord du transporteur GPL

Travailleurs descendant d’une échelle pour être secourus par un canot de sauvetage

Fumée toxique s’échappant du navire en feu

Avant d’être démantelé un navire ne doit plus contenir de substances chimiques toxiques.

IndustriALL exhortant le gouvernement du Pakistan à prendre d’urgence des mesures pour accroître la sécurité sur les chantiers de démolition de navires pakistanais.

Mort de cinq travailleurs dans un incendie survenu sur un chantier de démantèlement de navires à Gadani

10.01.2017

Au moins cinq travailleurs sont morts le 9 janvier, à Gadani, au Pakistan, dans un nouvel incendie s’étant déclaré à bord d’un transporteur de GPL situé sur un chantier naval de démantèlement de navires. Malgré les nombreux décès survenus à Gadani au cours de ces derniers mois, aucune mesure n’a été prise pour accroître la sécurité.

Cent travailleurs (selon un chiffre estimatif) démantelaient le navire situé sur l’emplacement n° 60 lorsque l’incendie a éclaté. Ceux-ci ont dû être secourus par un canot de sauvetage. Un incendie était déjà survenu sur ce même navire seulement deux semaines auparavant, sans toutefois causer de pertes humaines.

Présent sur le chantier, le propriétaire du navire, Dewan Rizwan, ancien président de l’Association des propriétaires des chantiers de démantèlement de navires de Gadani, a été appréhendé par la police dans la ville voisine de Hub après avoir pris la fuite lors de l’incendie.

Les travailleurs décédés se nomment Muhammad Saeed, Said Khan, Alif Khan, Naimat Shah et Sabir. Ils sont tous originaires des districts de Swat et de Tehsil Qalat. Un autre travailleur a été blessé.

Nasir Mansoor, membre de la Fédération nationale des syndicats du Pakistan (NTUF), affilié à IndustriALL, a indiqué:

Malgré les demandes d’amélioration des mesures de santé et de sécurité au travail sur les chantiers de démantèlement de navires de Gadani, les accidents, les blessés et les morts s’enchaînent. La sécurité est l’un des domaines les plus négligés en matière de démolition de navires.

Selon les fonctionnaires du ministère de l’environnement, l’incendie aurait été provoqué par une mousse chimique présente sur le navire. Afin de prévenir les accidents, un navire ne doit plus contenir de combustibles avant que le travail de démolition ne commence.

La veille de l’incident, le 8 janvier, Dilshad, un jeune travailleur, perdait la vie en glissant du sommet d’un navire situé sur l’emplacement n° 69. Le 1er novembre, le chantier de Gadani connaissait l’un des pires accidents industriels de son histoire lorsqu’au moins 26 travailleurs perdaient la vie et 40 autres étaient blessés dans l’incendie d’un pétrolier. Quatre travailleurs sont toujours portés disparus.

Malgré les affirmations d’amélioration de la santé et de la sécurité au travail émises par le gouvernement et l’employeur, le chantier naval de Gadani n’a connu aucune trêve en matière d’accidents, de blessés et de morts.

Le directeur d’IndustriALL pour le démantèlement des navires, Kan Matsuzaki, a déclaré:

Les travailleurs ne peuvent pas attendre plus longtemps que des réformes en matière de santé et de sécurité soient mises en place. Le gouvernement ainsi que les employeurs doivent agir maintenant. Les mêmes erreurs mortelles ne cessent de se répéter alors que les travailleurs sont envoyés au massacre sur les chantiers de démantèlement de navires.

Dans une lettre adressée en novembre au Premier ministre du Pakistan, Muhammad Nawaz Sharif, IndustriALL exhorte le gouvernement à garantir des conditions de travail sûres sur les chantiers de démantèlement de navires ainsi qu’à ratifier la Convention de Hong Kong pour le recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires.

La NTUF est parvenue à obtenir une indemnisation pour les blessés et les familles affectés par la tragédie du 1er novembre. Néanmoins, les promesses faites par le gouvernement en matière d’amélioration de la santé et de la sécurité sur les chantiers navals de Gadani sont restées lettre morte.