• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Poursuite des négociations sur le salaire minimum au Bangladesh

07.11.2013

Les media occidentaux ont rapporté cette semaine par erreur que le salaire mensuel minimum des travailleurs bangladais de la confection avait augmenté de 77% pour atteindre 5.300 taka (US$67). En fait, les discussions sont toujours en cours, l’IBC (le Conseil des Affiliés d’IndustriALL pour le Bangladesh) s’en tenant fermement à sa revendication d’un salaire vital de 120 US$.

Les associations patronales BGMEA et BKMEA avaient publiquement dénoncé la proposition de hausse de 77% formulée par le Conseil salarial et menacé de fermer les usines en guise de protestation si le chiffre devait dépasser 4.500 taka.

Les travailleurs et travailleuses ont été durement frappés par les récentes hausses du prix de produits et denrées essentielles. Le Conseil National sur le Salaire Minimum est un organe tripartite de six membres désignés par le gouvernement pour examiner les salaires minima de tous les secteurs industriels du Bangladesh. L’IBC avait été surpris par l’annonce rapide faite par le Conseil salarial en particulier en l’absence d’une concertation approfondie. L’IBC a déjà critiqué par le passé le choix du représentant des travailleurs au sein du Conseil.

La proposition de 5.300 taka comprend des allocations pour la nourriture, les déplacements et le logement. Ces allocations qui représentent environ 300 taka sont bien souvent déjà versées aux travailleurs.

Le Président de l’IBC (le Conseil des Affiliés d’IndustriALL pour le Bangladesh), Nazrul Islam Khan et son Secrétaire général Roy Ramesh Chandra ont dans un communiqué commun vertement critiqué ce jour la dernière proposition en date de salaire minimum de la part du Conseil salarial ainsi que la réaction agressive des patrons.

Le Secrétaire général d’IndustriALL Global Union Jyrki Raina a déclaré aujourd’hui à la presse :

Une priorité absolue pour IndustriALL Global Union est que les travailleurs et travailleuses de la confection partout dans le pays reçoivent enfin un salaire vital. IndustriALL soutien le principe de tarification équitable. Le prochain round de négociations des contrats de fourniture avec les marques doit tenir compte d’une revalorisation salariale.

J’ai indiqué à la BGMEA et à la BKMEA qu’un élément essentiel pour faire de la confection bangladaise une industrie sûre et durable et d’assurer son avenir est d’augmenter les salaires, qui sont à un bas niveau, vers celui du salaire vital. Les autres éléments sont la sécurité ayant trait aux incendies et aux bâtiments ainsi que la liberté d’association.

IndustriALL a débattu de la question du salaire minimum avec les marques et n’a enregistré aucune opposition par rapport à une hausse significative. H&M, Primark et Inditex se sont clairement exprimés pour encourager une telle hausse et même Walmart a été cité cette semaine comme étant favorable à une révision des salaires.

Les 109 marques et détaillants qui ont signé l’historique Accord sur les mesures de sécurité ayant trait aux incendies et aux bâtiments au Bangladesh avec IndustriALL et UNI se sont engagés à rester présents dans le pays sur le long terme. Les marques qui font parties de l’Accord constituent une masse critique pour le secteur dans le pays et leur engagement par le biais de l’Accord va à la fois rehausser les normes et protéger les emplois. Nous voulons le maintien de l’industrie de la confection au Bangladesh mais avec des emplois sûrs et durables ainsi que des salaires vitaux.

La 109e entreprise signataire de l'Accord a rejoint ce jour la vaste coallition avec IndustriALL et UNI.