• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Un syndicat géorgien signe une convention collective solide avec une entreprise verrière turque

25.08.2017

Après plus d’un an de négociations, une convention collective a été signée à l’usine de fabrication de récipients en verre Ksani en Géorgie. 

Le 22 août, se déroulait la cinquième série de négociations visant à signer une convention collective à l’usine de fabrication de récipients en verre Ksani (JSC MINA), détenue par le groupe turc d’emballages en verre Sisecam.

L’affilié à IndustriALL, le syndicat des travailleurs de l’industrie de la métallurgie, des mines et de la chimie de Géorgie (TUMMCIWG), a signé une convention collective comportant un ensemble important de prestations sociales. L’usine compte 220 travailleurs. La convention collective prévoit pour les membres du TUMMCIWG:

  • une indemnité pour le travail de nuit, les heures supplémentaires, le travail durant les jours fériés à un taux de prime,
  • une hausse salariale annuelle, basée sur un indice lié au taux d’inflation. Le salaire sera indexé à partir de 2016,
  • une aide financière pour l’accouchement, le mariage ou le décès d’un proche parent s’élevant à 500 lari géorgiens (207 US$),
  • une aide financière mensuelle pour les familles nombreuses, comprenant le versement de 30 lari géorgiens (12 US$) pour chaque enfant âgé de moins de 18 ans à partir du 1er octobre 2017.

En outre, un système de prime sera lancé à partir du 1er janvier 2018. Les représentants syndicaux auront l’occasion de faire part de leurs propres observations et opinions.  

C’est la troisième convention collective signée dans le secteur de la métallurgie, des mines et de la chimie, après l’usine Rustavi Azot et de ferro-alliage à Zestafoni. La compagnie a accepté l’idée d’une convention collective après la grève d’un mois survenue en février 2016, qui avait été suivie par 170 travailleurs et avait paralysé les opérations de l’usine.

Les deux premières réunions du syndicat et de la direction de l’usine ont eu lieu en Géorgie. Cependant, en raison de la structure strictement centralisée de la compagnie Sisecam, le directeur général de l’usine s’est trouvé dans l’impossibilité de prendre une décision au sujet de la signature d’une convention collective.

Le 19 avril, le propriétaire a invité les cinq représentants du TUMMCIWG à son siège central à Istanbul, en Turquie. La réunion a permis d’effectuer un pas décisif dans les négociations, qui a abouti à la signature de la convention collective.

Le président du TUMMCIWG, Tamaz Dolaberidze, a déclaré:

« J’aimerais remercier tous ceux qui ont participé au processus de négociation collective. Je souhaiterais adresser toute ma reconnaissance à l’ensemble des employés de l’entreprise dont tout le soutien s’est fait sentir durant cette période; cela s’est avéré une grande source d’inspiration pour aller de l’avant. Je suis reconnaissant du soutien que nous a apporté IndustriALL Global Union, dont les responsables sont venus en Géorgie plusieurs fois durant les négociations collectives et se sont réunis avec l’administration ».