Jump to main content
IndustriALL logotype

Adidas et Nike doivent s’engager véritablement en Indonésie

Read this article in:

17 July, 2012L’Alliance internationale Play Fair demande aujourd’hui aux marques internationales de vêtements de sport et à leurs fournisseurs de participer de manière significative aux discussions destinées à faire avancer la signature d’un accord important sur la liberté syndicale en Indonésie.

L’Alliance internationale Play Fair demande aujourd’hui aux marques internationales de vêtements de sport et à leurs fournisseurs de participer de manière significative aux discussions destinées à faire avancer la signature d’un accord important sur la liberté syndicale en Indonésie.

Le protocole sur la liberté syndicale a été signé l’année dernière à Jakarta par les syndicats du textile, de l’habillement et de la chaussure, les multinationales des vêtements de sport et les principaux fabricants. Le protocole contient des dispositions, qui ont toutes pour objet d’accorder le temps et l’espace nécessaires aux activités syndicales, et de promouvoir de meilleures relations de travail dans les usines de fabrication de vêtements de sport. À ce jour, Adidas, Nike, Puma, New Balance, Pentland et Asics, ainsi que plusieurs de leurs fournisseurs indonésiens, se sont engagés à se conformer à l’accord. 

Au cours des treize mois qui ont suivi la ratification du protocole, plusieurs marques ont fait€ de gros efforts pour appliquer le protocole sur la liberté syndicale dans leurs chaînes d’approvisionnement en Indonésie. Cependant, des comités de contrôle dans les usines et au niveau national, considérés à l’origine dans le protocole comme d’importants outils de contrôle et de renforcement de son application, doivent encore être mis en place en raison de l’impossibilité de parvenir à un consensus sur leur manière d’opérer. Le principal point de désaccord a porté sur le recours à des sanctions. Toutefois, l’emploi de sanctions est indiqué dans le protocole, mais des marques et des fournisseurs ont jusqu’à présent refusé de donner à ces comités le droit de prononcer des sanctions.

L’Alliance Fair Play, qui a soutenu les négociations prévues par le protocole, a écrit aujourd’hui aux six marques signataires pour exprimer son inquiétude quant à l’impossibilité d’obtenir un accord sur une procédure de travail des comités, ce qui pourrait avoir un effet négatif sur la fonctionnalité du protocole. L’Alliance a indiqué que toutes les parties doivent envisager des compromis avant la prochaine réunion prévue pour le 20 juillet. 

Une vue d’ensemble des mesures à prendre par les marques pour appliquer le protocole se trouve sur http://www.play-fair.org/media/index.php/workers-rights/brand-performance/