• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

L'ACI Rheinmetall est au point mort

19.06.2007

La direction de Rheinmetall refuse de rencontrer la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie pour envisager l'application de l'accord-cadre international.

ALLEMAGNE: Les 12 et 13 juin 2007, des représentants syndicaux d'installations Rheinmetall et des responsables syndicaux de plusieurs pays -- Autriche, Brésil, Allemagne, France, Italie, Espagne et Suisse -- se sont rencontrés à Neckarsulm, Allemagne, pour parler de l'application des "principes de responsabilité sociale" (accord-cadre international) qui avaient fait l'objet d'un accord entre Rheinmetall, la FIOM et le comité d'entreprise européen.

Malgré les tentatives de la FIOM et de IG Metall d'ouvrir, de bonne foi, un dialogue avec l'entreprise sur l'application de l'ACI, la direction a refusé d'accorder son soutien à la tenue de cette réunion avec la FIOM et IG Metall, et de prendre la parole devant les participant(e)s.

Dans un article publié dans le quotidien allemand Frankfurter Rundschau, Jürgen Peters, Président de la FIOM et de IG Metall, critique cette absence de soutien qualifiée de "violation de l'accord conclu". Il estime que la direction ne respecte pas les règles du jeu démocratique et apparaît comme "déméritoire". L'article (en allemand) se trouve sur ce lien:
http://www.fr-online.de/in_und_ausland/wirtschaft/aktuell/?em_cnt=1155542&

La réunion a donné lieu à un échange d'informations sur la situation actuelle dans plusieurs établissements du groupe. Elle a permis d'établir un réseau international et une plate-forme mondiale de communication pour les travailleurs/euses et les syndicats de Rheinmetall. Les représentants brésiliens qui ont rendu compte, notamment, des graves infractions aux normes de santé et de sécurité dans l'usine Rheinmetall à Nova Odessa, São Paulo, demandent instamment à la FIOM d'intervenir auprès de la direction. Il a été convenu que la FIOM, conjointement avec IG Metall et le comité d'entreprise européen, cherchera à reprendre contact avec la direction pour amorcer un dialogue constructif sur l'application de l'accord dans les installations de l'entreprise et sa chaîne d'approvisionnement dans le monde entier.

Rheinmetall est un fabricant allemand de composants de l'automobile, d'équipements et d'électronique dans le domaine de l'armement. L'accord-cadre signé fin 2003 concerne environ 25.000 salariés dans plus de 20 unités de production du monde. Pour tous renseignements complémentaires:
http://www.imfmetal.org/main/index.cfm?n=47&l=2&c=8837