• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le directeur d'une entreprise indonésienne emprisonné pour pratiques antisyndicales

11.02.2009

Un syndicat indonésien remporte une victoire historique contre un chef d'entreprise reconnu coupable d'infractions à la réglementation locale et internationale du travail.

INDONÉSIE: Un chef d'entreprise a été condamné à 18 mois de prison pour discrimination à l'encontre des membres d'un syndicat dans une affaire judiciaire intentée par la Fédération indonésienne des syndicats de métallurgistes (FSPMI).

Fathoni Prawata, directeur local du fabricant de composants électroniques PT Jim Kim Pasuruan (KJI), a été emprisonné après avoir été reconnu coupable de tactiques antisyndicales, notamment du licenciement de membres du syndicat.

KJI est une filiale de l'entreprise japonaise King Jim Co Ltd.

Selon le président de la FSPMI, Saïd Iqbal, c'est la première fois que les tribunaux indonésiens déclarent coupable un membre de la direction d'une entreprise pour infraction à la convention de l'OIT no 98 et à la loi 21 de la législation indonésienne du travail, et le condamne à juste titre.

La FSPMI avait déposé une plainte au tribunal pour licenciement abusif de membres de la FSPMI par Prawata et refus de verser les salaires, les primes et les indemnités de congés aux travailleurs qui manifestaient durant les négociations pour une convention collective.

L'affaire crée un précédent important. La FSPMI espère que la décision pourra aider d'autres syndicats à entreprendre une action identique et aura un effet dissuasif sur d'autres employeurs hostiles aux travailleurs/euses.

La FSPMI est affiliée à la FIOM.