• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Han Sang-gyun est condamné à 5 ans de prison sur des chefs d'accusation en rapport avec l'organisation d'actions de protestation.

Han Sang-gyun est condamné à 5 ans de prison sur des chefs d'accusation en rapport avec l'organisation d'actions de protestation.

Han Sang-gyun devant le tribunal de Séoul, le 4 juillet.

Han Sang-gyun devant le tribunal de Séoul, le 4 juillet.

L'annonce de la condamnation a soulevé un tollé parmi les syndicalistes rassemblés devant le tribunal.

L'annonce de la condamnation a soulevé un tollé parmi les syndicalistes rassemblés devant le tribunal.

Han Sang-gyun est condamné à 5 ans de prison sur des chefs d'accusation en rapport avec l'organisation d'actions de protestation. Han Sang-gyun devant le tribunal de Séoul, le 4 juillet. L'annonce de la condamnation a soulevé un tollé parmi les syndicalistes rassemblés devant le tribunal.

La condamnation d'un leader syndical coréen soulève un tollé

06.07.2016

IndustriALL Global Union a exprimé son indignation devant la condamnation à cinq ans de prison du dirigeant syndical coréen Han Sang-gyun par un tribunal du district central de Séoul, le 4 juillet.

Han Sang-gyun, Président de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU), a été condamné sur des chefs d'accusation en rapport avec une série de manifestations antigouvernementales, dont le gigantesque Rassemblement populaire de novembre dernier.

Le Secrétaire général d'IndustriALL, Jyrki Raina, a déclaré à ce propos :

Nous nous insurgeons contre cette scandaleuse condamnation de Han Sang-gyun qui est persécuté pour avoir exercé des activités syndicales légitimes. Le gouvernement, le monde des affaires et le pouvoir judiciaire sont complices de cette persécution à grande échelle dirigée contre les syndicats en Corée du Sud. Cette condamnation est un affront à la démocratie et un coup porté au droit de se réunir pacifiquement dans ce pays. Nous nous associons au mouvement syndical international pour réclamer la libération immédiate de Han Sang-gyun et l'abandon de toutes les charges retenues contre lui.

Han Sang-gyun est devenu la cible du gouvernement après que des dizaines de milliers de personnes soient descendues dans les rues de Séoul, le 14 novembre, pour protester contre la réforme du code du travail proposée par le Président Park Geun-hye. 20.000 policiers avaient été mobilisés et ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau contre les manifestants.

Après cette manifestation, Han Sang-gyun s'était réfugié dans le temple Jogyesa, avant de finalement se livrer à la police, le 10 décembre.

Pour avoir été un des organisateurs de la manifestation, il a été tenu responsable des actes de violence perpétrés par une minorité de manifestants.

Une soixantaine d'affiliés d'IndustriALL ont écrit au Président Park avant le prononcé du jugement pour protester contre les chefs d'inculpation retenus contre lui. En mars de cette année, le Secrétaire général adjoint d'IndustriALL Kemal Özkan a emmené une délégation internationale de dirigeants syndicaux en Corée pour exprimer leur soutien à la lutte syndicale dans le pays.

Réagissant à cette condamnation, le KCTU a déclaré que "l'histoire la retiendra comme un outrage à la démocratie, aux droits de l'homme et au monde du travail."

S'exprimant après sa condamnation, Han Sang-gyun a déclaré : "Je ne suis pas coupable tant que je ne le suis pas à vos yeux, camarades. La répression menée par le gouvernement en place est beaucoup plus dure et délibérée. Nous devons nous préparer à riposter."

Le KTCU prévoit de faire appel de ce jugement.