Jump to main content
IndustriALL logotype

L’accord avec H&M s’avère d’une grande influence dans la résolution des conflits

7 January, 2016L’accord-cadre mondial (ACM) signé entre IndustriALL Global Union et l’entreprise de vêtement suédoise H&M a permis d’accélérer la réintégration de travailleurs licenciés d’usines de confection à la fois au Myanmar et au Pakistan, à peine quelques mois après son entrée en vigueur.

L’ACM, qui a été signé en novembre 2015, sert à protéger les droits des quelque 1,6 million de travailleurs de la chaîne d’approvisionnement mondiale de H&M.

Au Myanmar, l’ACM a été crucial pour permettre le retour à leurs postes de syndicalistes, ainsi que pour obtenir la reconnaissance du syndicat au sein de l’usine Jiale Fashion de Rangoun.

Huit dirigeants syndicaux ont été licenciés de cette usine de confection en octobre 2015, ce qui a déclenché une grève d’un mois. La Confédération des Syndicats du Myanmar (CTUM) a fait état de ce conflit au bureau régional d’IndustriALL pour l’Asie du Sud-est, qui a invoqué l’ACM auprès du Département pour la Durabilité de H&M à Rangoun et en Suède, sachant que cette affaire soulève la problématique de la liberté syndicale.

Le Département pour la Durabilité de H&M a alors fait pression pour le dialogue, à la fois par le biais de son bureau sur place à Rangoun et auprès des propriétaires de Jiale Fashion à Hong Kong. Le Département pour la Durabilité de H&M, IndustriALL et la CTUM ont été impliqués tout au long du processus jusqu’à ce qu’un accord soit conclu entre les travailleurs et l’employeur.

En plus de réintégrer les travailleurs licenciés, l’entreprise a accepté de reconnaître le syndicat, l’Organisation syndicale de Jiale Basic, affiliée à la CTUM et IndustriALL par le biais de la Fédération des Travailleurs de l’Industrie du Myanmar (IWFM).

Khaing Zar, Secrétaire général adjoint de l’IWFM a indiqué :

“Établir la confiance entre les travailleurs et la direction est un élément clé de la paix sociale. La formation d’une Commission de coordination des Travailleurs au sein de l’usine va améliorer la coopération sur le lieu de travail et, bien entendu, le plus grand acquis est la reconnaissance du syndicat de Jiale Fashion.”

La Directrice d’IndustriALL pour le Textile, Christina Hajagos-Clausen, a déclaré :

“L’ACM se fonde sur une conviction partagée que des relations sociales bien structurées sont essentielles pour un modèle de production stable et soutenable. Ce type de collaboration est crucial pour une consolidation des avancées en faveur des travailleurs et travailleuses de la confection au sein de la chaîne d’approvisionnement de H&M.”

En novembre 2015, 88 travailleurs de l’usine Denim Clothing Company (DCC) au Pakistan avaient été mis dehors pour avoir revendiqué leurs droits. Le conflit a débuté lorsque cinq représentants des travailleurs ont été licencié sur le champ pour avoir demandé à discuter de certaines problématiques comme l’absence de sécurité sociale et d’assurances ou celle de rémunérations en dessous du salaire minimum souvent versées avec retard. 83 collègues qui s’étaient montrés solidaires avaient également perdu leur emploi.

Dans le cadre de cet ACM nouvellement conclu avec H&M, les parties ont travaillé ensemble pour que les 88 travailleurs retrouvent leur poste, par le biais de négociations avec l’affilié pakistanais d’IndustriALL, la NTUF et la direction locale de Denim Clothing. L’ensemble des travailleurs a été réintégré avec l’intégralité de leur salaire depuis le 26 novembre, date à laquelle ils avaient été mis à pied.

Nasir Mansoor, Secrétaire général adjoint de la NTUF, a indiqué que grâce à l’ACM et aux efforts du bureau régional d’IndustriALL les problèmes avaient été résolus rapidement :

“Avec une marque proactive, un ACM est un outil efficace pour résoudre les conflits et un instrument de grande valeur pour protéger les droits des travailleurs.”

Abdul Jabbar, l’un des travailleurs concerné conclut :

“Ceci nous montre la puissance de travailleurs unis et la force de la solidarité internationale pour résoudre des crises. Non seulement cela nous a donné beaucoup de courage, mais aussi aux autres travailleurs de l’usine ainsi qu’à ceux d’autres sites des alentours.”