• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Michele O'Neil, coprésidente, Monica Veloso, coprésidente, et Aya Matsuura, spécialiste de la problématique hommes-femmes à l’OIT

Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Michele O'Neil, coprésidente, Monica Veloso, coprésidente, et Aya Matsuura, spécialiste de la problématique hommes-femmes à l’OIT

Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Michele O'Neil, coprésidente, Monica Veloso, coprésidente

Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Michele O'Neil, coprésidente, Monica Veloso, coprésidente

Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Michele O'Neil, coprésidente, Monica Veloso, coprésidente, et Aya Matsuura, spécialiste de la problématique hommes-femmes à l’OIT Jenny Holdcroft, Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Michele O'Neil, coprésidente, Monica Veloso, coprésidente

Le Comité des femmes d’IndustriALL appelle les syndicats à s’engager à combattre les violences faites aux femmes sur le lieu de travail

09.11.2017

Les violences faites aux femmes au travail a constitué le principal thème de la réunion du Comité des femmes d’IndustriALL qui a eu lieu à Colombo, au Sri Lanka, le 7 novembre. Le Comité a renforcé son soutien à la campagne visant à lutter contre les violences et le harcèlement à l’égard des femmes sur le lieu de travail.

Les violences faites aux femmes au travail sont réelles et se produisent chaque jour. Elles prennent différentes formes: du harcèlement verbal aux agressions sexuelles en passant par les sévices. Toutes les formes de violence sont inacceptables et IndustriALL fait campagne contre les violences faites aux femmes sur le lieu de travail.

La campagne d’IndustriALL visant à attirer l’attention sur ce problème invite les syndicats à prendre position contre toutes les formes de violence sur le lieu de travail sous le slogan « les syndicats disent non à la violence ».

Michele O’Neil, coprésidente du Comité des femmes, a indiqué que le combat contre les violences est un travail difficile qui ne permettra pas d’aboutir à des changements du jour au lendemain:

« Comment pouvons-nous envisager de parvenir à l’égalité des sexes sans mettre fin aux violences faites aux femmes qui sont un obstacle à l’égalité entre les hommes et les femmes?

« Mais, j’ai confiance que si IndustriALL et ses affiliés prennent ce combat au sérieux, nous obtiendrons des changements ».

Les délégués sont tombés d’accord sur un engagement et une résolution stipulant clairement que toutes les formes de violences faites aux femmes sont inacceptables. Les deux documents seront soumis au Comité exécutif d’IndustriALL pour adoption.

La campagne comprendra des actions de mobilisation le 25 novembre, le 8 mars et en juin, à une date proche de la tenue de la Conférence internationale du travail. Les données sur les violences faites aux femmes dans les secteurs d’IndustriALL seront recueillies en continue et les violences faites aux femmes exposées.

Monica Voloso, coprésidente du Comité des femmes, a insisté sur l’importance qu’il y a à ce que la campagne atteigne tous les affiliés dans le monde pour que des changements garantissant aux femmes un lieu de travail sûr puissent se produire.

« La campagne contre les violences faites aux femmes se renforce grâce au soutien mondial d’IndustriALL. Si tous les syndicats concernés disent NON aux violences, nous bénéficions d’alliés puissants pour lutter contre les violences ».

Aya Matsuura, spécialiste de la problématique hommes-femmes à l’OIT, a présenté au Comité des femmes le processus normatif appliqué par l’OIT pour mettre fin aux violences et au harcèlement à l’égard des femmes et des hommes dans le monde du travail.

Le Comité des femmes est favorable au projet de convention globale de l’OIT, comprenant un important volet sur les violences sexistes et qui est complétée par une recommandation. Néanmoins, avec seulement 38 Etats-membres de l’OIT sur 187 en faveur de cette convention, celle-ci risque d’aboutir à une recommandation non contraignante.

Le Comité des femmes a souligné l’importance pour les syndicats de prendre des mesures et de faire pression sur leurs gouvernements pour défendre l’adoption de la Convention.

Les femmes dans les secteurs à prédominance masculine

Les objectifs généraux du travail d’IndustriALL sur la question des femmes visent à accroître leur participation et leur représentation au sein d’IndustriALL et de ses affiliés, ainsi qu’à promouvoir, à renforcer et à protéger les droits des femmes et l’égalité des sexes. Seuls l’intégration du travail des femmes dans tous les secteurs, les réseaux, le travail et les projets régionaux, ainsi que le traitement de la question de la participation et de la représentation des femmes permettront d’atteindre ces objectifs.

En 2018, les activités porteront sur les secteurs occupés traditionnellement par les hommes, à savoir les secteurs des mines, des métaux de base, des matériaux et de l’énergie, ainsi que sur l’élaboration de plans d’action visant à s’attaquer aux problèmes relatifs aux femmes au sein des syndicats et des entreprises dans ces secteurs.

L’atteinte de l’objectif de 40 pour cent de femmes représentées au sein des structures d’IndustriALL est une priorité du Comité des femmes. Les objectifs des travaux d’IndustriALL portant sur la jeunesse sont plus élevés, 50 pour cent, et posent l’égalité comme un fait et non pas comme un but.  

La Secrétaire générale adjointe d’IndsutriALL, Jenny Holdcroft, a indiqué:

« Il est clair que si aucun changement notable ne se produit au sein des syndicats, l’objectif de 40 pour cent en matière de représentation des femmes ne sera pas atteint.

« Nous continuerons à soutenir les travaux du Comité des femmes en conseillant nos affiliés sur les mesures qu’ils doivent prendre pour inclure les femmes dans leurs structures et processus décisionnels ».