• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Signature de l’accord sur le CEE

Signature de l’accord sur le CEE

Signature de l’accord sur le CEE

Signature de l’accord sur le CEE

Le récent engagement sur le Conseil d’Entreprise européen envoie un signal fort en vue d’un accord mondial avec LafargeHolcim

29.03.2017

Ce 27 mars, à Paris, LafargeHolcim a signé un accord sur la création d’un Conseil d’Entreprise européen (CEE). Ceci envoie un signal prometteur par rapport au processus à venir en vue d’un accord-cadre mondial.

IndustriALL Global Union est d’avis qu’en signant cet accord européen, le groupe a fait un premier pas concret vers la construction de relations sociales saines et solides avec ses travailleurs et travailleuses. Cet premier pas nécessite cependant une impulsion complémentaire et l’entreprise doit en faire davantage pour prouver sa bonne volonté à ses salariés, non seulement en Europe, mais aussi au plan mondial, et bâtir également les fondations d’un dialogue social pareillement exécutoire dans d’autres pays.

IndustriALL et son organisation sœur, l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB), qui représentent les travailleurs et travailleuses de LafargeHolcim au plan mondial, sont engagées actuellement dans le processus de négociation d’un accord-cadre mondial avec l’entreprise.

Cet accord-cadre mondial créerait, à l’image de l’accord sur le CEE, un cadre solide pour un authentique dialogue entre direction et salariés au sein de tous les sites et auprès de tous les fournisseurs de l’entreprise partout dans le monde.

Invité par l’entreprise à assister à la cérémonie de signature de l’accord sur le CEE à Paris, Matthias Hartwich, Directeur du département d’IndustriALL pour les sections des matériaux et de l’ingénierie mécanique, a fait ce commentaire : “La conclusion de cet innovant accord sur le CEE chez LafargeHolcim est pour nous une indication que l’entreprise est sérieuse dans son intention de conclure un Accord-cadre mondial avec IndustriALL et l’IBB."

Depuis que Lafarge et Holcim ont fusionné en 2015, l’entreprise a été confrontée à un certain nombre de défis, notamment de nombreux décès sur les lieux de travail, la montée du travail précaire ainsi que des problèmes locaux débouchant sur des grèves et des lock-outs en raison du niveau insuffisant de dialogue honnête et ouvert entre la direction et les syndicats au niveau des usines durant la période difficile de la restructuration.

Certaines de ces questions sont graduellement solutionnées par le biais d’un dialogue et de relations améliorées avec les syndicats. Cependant, l’expérience démontre qu’il est nécessaire pour LafargeHolcim de fixer le même cadre pour ses relations sociales partout dans le monde.

IndustriALL Global Union, l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB) et LafargeHolcim sont déjà convenus de lancer le processus pour élaborer un Accord-cadre mondial.