• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le réseau syndical mondial de Rio Tinto salue les engagements pris par l’entreprise

27.07.2017

IndustriALL Global Union affiliates from Australia, Les affiliés d’IndustriALL Global Union d’Australie, Guinée, Inde, Indonésie, Madagascar, Namibie, Afrique du Sud, Canada et États-Unis, réunis au sein du Réseau mondial pour Rio Tinto à Johannesburg, en Afrique du Sud du 19 au 21 juillet, ont salué l’engagement pris par Rio Tinto d’améliorer ses relations avec les syndicats., India, Indonesia, Madagascar, Namibia, South Africa, Canada and the United States, meeting as the Rio Tinto Global Network in Johannesburg, South Africa from 19-21 July, welcomed a commitment from Rio Tinto to improve its relations with trade unions.

Dans un courrier adressé le 11 avril 2017 aux syndicats présents sur les sites d’activité de Rio Tinto, l’entreprise a exprimé son engagement par rapport à une série de principes et structures fondamentaux pour ses relations sociales. Ce message a été confirmé par le chargé de relations sociales de Rio Tinto, Rick Willmott, qui était présent à la réunion. Il a indiqué que l’entreprise avait la motivation d’améliorer la perception que l’on a d’elle en termes de relations sociales. Le réseau syndical a adopté une résolution pour en prendre acte.

Cet engagement est perçu comme hautement significatif. Rio Tinto est le deuxième plus grand groupe minier du monde et son comportement établit des précédents. Les relations sociales au sein de l’industrie minière sont souvent tendues et IndustriALL fait campagne depuis un certain nombre d’années en faveur d’un dialogue social.

Kemal Özkan, Secrétaire général adjoint d’IndustriALL a déclaré :

“IndustriALL salue cet engagement et nous allons nous investir dans le développement et le suivi de cette nouvelle relation.

“Rio Tinto a pris une décision politique pour changer sa culture d’entreprise. C’est une évolution novatrice et attendue depuis longtemps de la part de ce géant mondial que de reconnaître le rôle et l’importance des syndicats.“

Le comité de pilotage conjoint, constitué de représentants de Rio Tinto et de mandataires syndicaux des différents continents, se réunira deux fois l’an pour développer cette relation et assurer le suivi de cette politique. Des plateformes régionales ont également été mises en place en Amérique du Nord, en Afrique sub-saharienne et en Asie et des rapports nationaux seront systématiquement collectés.

Le directeur du département des mines d’IndustriALL, Glen Mpufane a déclaré :

“Nous sommes très heureux des résultats de notre campagne mondiale. Cependant, nous restons vigilants pour nous assurer que les engagements que nous avons reçus se matérialisent.“

Une priorité de cette nouvelle relation concernera la sous-traitance et le travail précaire et des efforts seront menés pour intégrer les entreprises sous-traitantes dans les conventions collectives.

Le réseau a débattu des conditions de travail affligeantes des salariés sous-traitants malgaches de Rio Tinto. IndustriALL va être le facilitateur d’une mission exploratoire internationale à Madagascar. Rio Tinto sera sollicité pour faire partie de cette mission.

La réunion a adopté un plan d’action qui détaille les mesures à venir pour la mise en œuvre de la nouvelle relation avec Rio Tinto ainsi que la croissance et le renforcement du réseau.

La santé et la sécurité, en particulier s’agissant des maladies professionnelles respiratoires, feront partie des activités du réseau. Des campagnes pour mettre en lumière les conséquences dévastatrices du non-respect de précautions de la part de l’industrie minière, comme l’illustre la campagne du CFMEU sur la ré-émergence de la pneumoconiose au sein des mines de charbon australiennes, seront menées.

Il y aura des revendications pour concevoir et participer conjointement à des inspections et des protocoles de suivis. Le réseau va contester l’influence néfaste de l’Organisation internationale des Employeurs auprès de l’OIT s’agissant de l’acceptation sans discernement de normes ISO.

Le réseau va concentrer des efforts sur l’égalité des genres au travers des activités mondiales de Rio Tinto pour se pencher sur la discrimination envers les femmes et encourager la mise en place de structures officielles pour les femmes dans les syndicats.

Le réseau va bâtir l’unité et la collaboration parmi les syndicats nationaux et être facilitateur de solidarité au niveau des activités de Rio Tinto au sein des frontières et par-delà et encourager le recrutement et la participation des jeunes au sein du réseau mondial.

Une résolution a été adoptée pour condamner la mise à pied de plus de 4.000 travailleurs et travailleuses par PT Freeport, la filiale indonésienne de Freeport-McMoRan, dont Rio Tinto possède 40% des actions. Une mission de solidarité de haut rang constituée d’affiliés d’IndustriALL va se rendre en Indonésie début août.

En conclusion, Andrew Vickers, coprésident de la Section des Mines d’IndustriALL et président du Réseau mondial syndical pour Rio Tinto a déclaré :

“Je suis très satisfait de l’engagement pris par Rio Tinto de changer son attitude par rapport aux relations sociales. Nous espérons que cela constitue un précédent dans l’industrie minière et que d’autres acteurs, comme Glencore, reconnaissent la légitimité des syndicats.

“Nous allons continuer à partager de l’information au travers du réseau, à faire état du non-respect de principes acquis et de processus convenus et à remettre la campagne mondiale en mouvement avec un temps de réaction très court, lorsque nécessaire.”