• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Loading...

Des victimes du Rana Plaza

Des victimes du Rana Plaza

Des victimes du Rana Plaza

L’engagement des marques au Fonds d’indemnisation du Rana Plaza fait cruellement défaut

24.04.2014

Un an après l’accident industriel le plus mortel de l’histoire, les multinationales de marques de vêtements se trouvent dans l’incapacité de réunir les 40 millions d’USD nécessaires pour indemniser correctement les victimes de la catastrophe du Rana Plaza.

Plus de 1.100 personnes ont perdu la vie et deux mille autres ont été blessées quand l’immeuble de huit étages Rana Plaza abritant des ateliers et fabriques de la confection dans la capitale Dacca s’est effondré le 24 avril 2013.

Les contributions des marques au Fonds fiduciaire des donateurs du Rana Plaza restent notoirement insuffisantes. Jusqu’à présent, environ 15 millions d’USD ont été versés au Fonds établi pour offrir un soutien financier et médical aux victimes et à leurs familles, en accord avec les lignes directrices de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Le secrétaire général de IndustriALL Global Union, Jyrki Raina, a déclaré: 

Nous demandons instamment à toutes les marques qui ont travaillé au Bangladesh de contribuer au Fonds en versant une somme très importante. Elles ont une responsabilité collective dans ce modèle réellement non viable de production et pour les risques qu’il comporte. C’est ce modèle que nous allons maintenant changer.

Le Fonds fiduciaire des donateurs a été établi par le Dispositif du Rana Plaza, un organe neutre et indépendant composé de partenaires et présidé par l’OIT auquel IndustriALL est signataire.

Le Dispositif a déjà commencé le processus d’enregistrement des requérant(e)s. Le commissaire exécutif du Comité de coordination du Dispositif du Rana Plaza, le Dr Mojtaba Kazazi, a déclaré:

“Si les fonds sont disponibles, tout sera fait dans les six mois, et ce sera fini. Si les fonds ne sont pas disponibles, cela veut dire qu’en fait nous n’avons pas rendu service à ces gens car nous avons suscité des attentes que nous n’avons pas pu réaliser, avec comme résultat une situation qui n’est pas bonne.”

Ineke Zeldenrust de la Campagne vêtements propres (CCC) a déclaré:

"Le manque d’action est choquant. Des marques comme Benetton, Adler Modermarkte, Carrefour et Matalan n’ont pas pu verser jusqu’à présent une contribution au Fonds fiduciaire; elles doivent payer maintenant.  Le niveau actuel des contributions est nettement insuffisant – Mango, KIK, Inditex et C&A sont des marques qui doivent augmenter leurs versements.  Jusqu’à présent, seule Loblaw a accepté de payer 1,54 million d’USD supplémentaires, ce qui porte sa contribution totale à 3,63 millions d’USD. Les victimes ont suffisamment souffert et il n’y a plus d’excuses à l’approche du premier anniversaire."

“La catastrophe du Rana Plaza a porté un rude coup et servi de signal d’alarme aux marques qui s’approvisionnent dans les ateliers et fabriques de la confection au Bangladesh. Durant une année, IndustriALL a lutté comme jamais aux côtés de UNI Global Union et des ONG partenaires, pour améliorer la sécurité dans l'industrie de la confection au Bangladesh, où plus de 1.800 travailleuses et travailleurs ont perdu la vie au cours des sept dernières années,” a ajouté Raina.

Plus de 160 marques ont signé l'Accord sur les mesures de sécurité qui ont trait aux incendies et aux bâtiments au Bangladesh, un accord juridiquement contraignant négocié par IndustriALL et UNI pour améliorer les conditions de sécurité dans 1.600 ateliers et fabriques, et qui s'applique à environ 2 millions de travailleuses et travailleurs.

D'ici la fin de septembre 2014, tous les ateliers et fabriques de vêtements, signataires de l’Accord, feront l'objet d'inspections et de recommandations pour les réparations nécessaires dans les lieux de travail présentant un danger.

Le secrétaire général de UNI Global Union, Philip Jennings, a déclaré: “L'équipe représentant l’Accord sur le terrain prend de lourdes décisions. Quand le travail doit être interrompu pour des réparations, cela peut constituer une rude épreuve pour les travailleuses et travailleurs, mais il n'y a pas d’autre choix quand nous avons un autre Rana Plaza potentiel.”  

“Ce projet ne concerne pas seulement la sécurité, il s'agit également de mettre fin aux salaires de misère au Bangladesh. L'année dernière, après une longue campagne et une mobilisation, le gouvernement du Bangladesh a finalement accepté en novembre d'augmenter le salaire minimum qui est passé de 38 à 67 USD par mois. Mais il s'agit seulement d'une première étape vers un salaire vital auquel a droit chaque personne employée, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme. Nous devons poursuivre cette tâche avec des révisions annuelles pour que les marques et les distributeurs paient à leur juste valeur les vêtements fournis par les propriétaires d'atelier et de fabriques afin de garantir le versement d'un salaire vital.”

Fin

Contact:

Leonie Guguen, permanente des communications, IndustriALL Global Union. Tel: +41 22 308 50 23 I [email protected] I www.industriALL-union.org Standard: +41 22 308 50 50