• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Tata Steel prévoit de revendre l’ensemble de sa sidérurgie du Royaume-Uni.

Tata Steel prévoit de revendre l’ensemble de sa sidérurgie du Royaume-Uni.

L’industrie sidérurgique britannique sur le fil du rasoir

30.03.2016

L’industrie britannique a reçu ce jour un coup terrible avec l’annonce par Tata Steel de son intention de vendre toutes ses activités au Royaume-Uni, qui emploient environ 15.000 salariés sur 14 sites.

Unite, le plus important syndicat du Royaume-Uni, appelle le gouvernement à intervenir et à renationaliser les usines en péril, tandis qu’un autre affilié d’IndustriALL, le syndicat Community, a appelé Tata à tenir sa promesse d’être un vendeur responsable.

Le Secrétaire général de Unite, Len McCluskey, a déclaré :

“Le temps est venu pour le gouvernement de dire catégoriquement, sans hésitation, que ce patrimoine va être mis en sécurité par la nation, parce que sans lui notre économie ne pourra pas être florissante. Nous voyons déjà nos emplois s’en aller au sein de la chaîne d’approvisionnement en raison de l’incertitude autour de l’avenir de Tata. Notre crainte est l’effet boule de neige si on permet au vent de l’incertitude de s’engouffrer dans notre secteur sidérurgique.

“La convergence d’opinion, allant du monde des affaires au gouvernement, pour dire qu’une nationalisation temporaire est la voie à suivre ne doit pas être ignorée. C’est ce qui a permis de sauver les usines écossaises. C’est ce qui a assuré la survie de l’usine d’Ilva en Italie et qui doit être mis en œuvre pour le reste des sites de Tata.

Roy Rickhuss, Secrétaire général du syndicat de sidérurgistes Community, est de retour au pays après être allé s’entretenir avec Tata Steel au siège de Bombay en Inde. Il nous dit :

“Le Royaume-Uni est maintenant au bord d’une crise nationale. Le retrait complet de Tata Steel du pays risque de détruire l’ensemble de notre sidérurgie. Ce serait un désastre autant pour les communautés qui dépendent de ces emplois que pour l’ensemble de notre assise industrielle.”

Dans un courrier à Tata Steel, Richkhuss ajoute :

“Il est vital que le temps nécessaire soit consacré à trouver un nouvel investisseur. Tata a une responsabilité morale et sociale vis-à-vis des communautés et des familles qui, à travers tout le Royaume-Uni, vivent de l’acier et l’entreprise doit coopérer avec les syndicats et le gouvernement britannique.”

Jyrki Raina, Secrétaire général d’IndustriALL, a déclaré :

“Nous exhortons le gouvernement britannique à faire tout ce qui est en son pouvoir pour soutenir l’industrie sidérurgique britannique avant qu’il ne soit trop tard. Nous sommes au point de non-retour. Le temps est venu de soutenir les sidérurgistes et leurs familles qui sont dans le besoin. La façon de procéder que le gouvernement va adopter maintenant déterminera le sort de ceux qui vivent de l’acier ainsi que celui de l’économie britannique à tout jamais.”

Jyrki Raina ajoute :

“Tata Steel a dans le passé assuré qu’il serait un vendeur responsable au moment de se défaire de ses avoirs. Des milliers de travailleurs et travailleuses et leurs familles sont dépendants de la tenue de votre promesse.”