• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Mettre fin à la violence faite aux femmes au travail

25.11.2016

Aujourd’hui, 25 novembre, les affiliés d’IndustriALL Global Union partout dans le monde vont marquer la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Une étude de l’ONU a montré qu’une femme sur trois a fait l’expérience de la violence physique ou sexuelle à un moment ou l’autre de sa vie. Pourtant, moins de 40% de celles-ci ont recherché une quelconque forme d’aide. Seuls 10% d’entre elles se sont adressées à la police.

En début d’année, IndustriALL et la fédération syndicale internationale UITA ont conclu un accord avec Unilever pour aider à la prévention du harcèlement sexuel sur le lieu de travail et faciliter le dépôt de plainte de la part des salariés.

Cet accord conjoint d’IndustriALL et de l’UITA avec la multinationale de produits de consommation Unilever concerne 168.000 personnes dans le monde. Non seulement il fournit une claire définition du harcèlement sexuel aux directions et aux salariés, mais il définit également des procédures permettant aux salariés de soulever une question et de rapporter tout abus en confiance.

“Les syndicats ont un rôle vital à jouer dans l’arrêt des violences à l’égard des femmes sur le lieu de travail. Des clauses pour s’attaquer au harcèlement sexuel et à la violence à l’égard des femmes peuvent être incluses dans les conventions collectives de travail. Syndicaliser davantage de femmes et disposer de davantage d’entre elles comme dirigeantes fera en sorte que leurs avis et préoccupations seront mieux entendus,” indique la Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL Jenny Holdcroft.

“Nous devons travailler plus assidûment à la prévention de la violence à l’égard des femmes au travail et agir quand elle se produit, y compris lorsque des adhérents syndicaux en sont les auteurs. Davantage de syndicats doivent adopter des politiques fermes contre la violence au travail, qui peuvent être utilisées pour éduquer l’ensemble de leurs membres quant à ce qui est ou pas un traitement acceptable des femmes,” a ajouté Holdcroft.

Cette année, la Confédération syndicale internationale appelle les syndicats à rejoindre sa campagne en faveur d’une Convention de l’OIT pour faire cesser la violence sexiste au travail. Vous trouverez des informations sur cette campagne ici.

Faites nous connaître vos actions pour vous opposer à la violence à l’égard de femmes en envoyant un courrier à : [email protected]