Jump to main content
IndustriALL logotype

Un rapport cinglant de CCC nomme et fait honte aux marques pour leur inaction sur les salaires

3 April, 2014La campagne vêtements propres (CCC) a publié cette semaine un rapport de grande qualité intitulé “Tailored Wages” (salaires adaptés), sur la question des salaires minimums vitaux dans les chaînes internationales d’approvisionnement de la confection.

Des travaux de recherche compilés portant sur une période de neuf mois ont été utilisés pour déterminer le profil de 50 grandes marques européennes. Le rapport n’a pas réussi à attribuer la notation “verte” à l’une de ces marques, ce qui signifie qu’aucune entreprise n’a été trouvée comme accomplissant un travail suffisant pour assurer un salaire permettant de vivre avec dignité à ces travailleuses et travailleurs produisant des vêtements pour ces marques.

Les quatre marques identifiées comme ayant entamé un travail innovant pour assurer dans la réalité un salaire vital sont Inditex, Marks & Spencer, Switcher et Tchibo. 

Pour télécharger la version intégrale du Tailored Wages report, taper ici.

La coordinatrice du rapport, Anna McMullen, a déclaré:

Une évaluation par couleurs a été décidée pour montrer les progrès réalisés dans chaque entreprise pour un salaire vital. Cette évaluation a tenu compte de diverses zones de travail, qui à notre avis sont importantes pour atteindre l’objectif du salaire vital: responsabilisation des travailleuses et travailleurs, engagement et pratique, démarche concertée et stratégie menant à un salaire vital.

L’organisation CCC déclare:

"Nous avons eu le plaisir de constater quelques cas où un travail intéressant a été engagé à l’initiative des marques qui ont procédé à des augmentations de salaire réel que les travailleuses et travailleurs ont pu empocher.

Cependant, nous avons été désappointés d’une manière générale en constatant que le progrès en était encore à un stade d’essai, et que le travail visant actuellement une augmentation des salaires était encore un fait rare. Très peu de grossistes et détaillants ont tenté réellement d’inclure le salaire vital dans leurs activités commerciales."