• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Une délégation facilite l’application de l’Accord au Bangladesh

07.08.2013

IndustriALL a rejoint la fédération UNI Global Union et des représentant(e)s des marques signataires de l’Accord sur les mesures de sécurité qui ont trait aux incendies et aux bâtiments au Bangladesh, dans une délégation chargée d’obtenir le soutien des employeurs, du gouvernement et des autorités responsables de l’application de l’Accord au Bangladesh.

Entre le 29 juillet et le 1er août, la délégation a mené une série de réunions à Dacca pour expliquer en détail le contenu et le but de l’Accord, signé par plus de 80 marques et distributeurs de vêtements, et pour déterminer la façon de compléter et de renforcer le plan national d’action tripartite approuvé par les syndicats, les employeurs et le gouvernement du Bangladesh.

Dans toutes les réunions, des engagements notables ont été exprimés en vue de travailler ensemble dans le cadre de l’Accord. L’accent a été placé systématiquement sur la nécessité de coordonner les efforts entrepris pour obtenir le maximum d’effet et éviter tout chevauchement.

Une réunion d’une très grande importance a eu lieu avec le ministre du Travail qui préside le comité tripartite de haut niveau sur le plan national d’action sur la sécurité contre l’incendie et l’intégrité structurelle, un point important de coordination entre l’Accord et le plan national d’action.  La discussion a porté sur la nécessité, dans le cas des deux initiatives, d’appliquer des normes communes concernant la sécurité sur les incendies et les bâtiments, basées sur les critères actuels au Bangladesh, mais en y incorporant des normes internationales plus strictes.

Le besoin de coordonner les efforts et d’unifier les normes a été une fois de plus souligné durant la réunion avec les organisations patronales BGMEA, BKMEA et BEF. Le président de BGMEA, Atiqul Islam, a exprimé son soutien à l’Accord et promis sa totale coopération dans tous les cas où les inspections menées dans le cadre de l’Accord identifierait des fabriques et ateliers qui ne respectent pas les normes de sécurité. La délégation concernant l’Accord a reconnu que la notification à l’organisation patronale BGMEA à un stade précoce est une étape importante du processus visant à assurer la coopération des propriétaires des fabriques et des ateliers.

Dans d’autres réunions, la délégation a été informée des difficultés auxquelles font face ces organes engagés dans l’application des mesures de sécurité concernant les bâtiments et les incendies au Bangladesh. Des professeurs de l’Université d’ingénierie et de technologie du Bangladesh (BUET), qui ont réalisé jusqu’à présent 200 contrôles visuels préliminaires dans des ateliers et fabriques à la suite de la tragédie du Rana Plaza, ont cité un certain nombre de problèmes, notamment le manque d’ingénieurs agréés dans la conception des bâtiments et l’absence de toute documentation sur les concepts structuraux ou la qualité des sols pour 40 à 50 pour cent des sites examinés. Des problèmes identiques ont été cités par le service d’incendie chargé de mener des inspections de prévention contre les incendies et de remettre des certificats de conformité.

Les membres de la délégation ont eu également la possibilité de rencontrer des représentants de plusieurs gouvernements donateurs et de l’IFC, qui soutiennent diverses initiatives visant à améliorer le secteur de la confection au Bangladesh.

Le rôle très important joué par l’OIT, pour aider les parties en présence dans le plan national d’action et l’Accord à coordonner leurs efforts, a été largement reconnu. L’assistance de l’OIT au Bangladesh pour l’organisation du programme des réunions de la délégation a été grandement appréciée.