Jump to main content
IndustriALL logotype

Recherche

Showing 21-30 sur 248 results

Il faut agir contre le travail forcé des Ouïghours

18 novembre, 2020Le gouvernement chinois continue de maintenir des membres du groupe minoritaire ouïgour dans des camps de travail forcé. Les biens produits par ces travailleurs asservis, en particulier le coton, entrent dans les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Comment la Tunisie expérimente à petits pas la transition vers des emplois et des entreprises plus durables

17 novembre, 2020À la Sobref, dans cette usine textile de Mahdia, dans le centre-est de la Tunisie, jusqu’en 2016, des dizaines d’ouvriers et d’ouvrières travaillaient jour et nuit sur les grandes machines de précision qui sont aujourd’hui à l’arrêt et désespérément silencieuses. En attendant le retour de l’activité, Mohamed Ali dort ici, à l’étage, sur un simple canapé. Il veut empêcher les cambriolages, mais surtout couver du regard cette entreprise qui lui appartient, comme à la quarantaine d’anciens employés ayant décidé de racheter leur usine.

Un syndicat obtient le droit de recruter au Myanmar grâce au mécanisme ACT

20 octobre, 2020Depuis l'apparition de la pandémie de Covid-19, les marques ayant souscrit au mécanisme de règlement des litiges ACT et IndustriALL constatent, partout dans le monde, une multiplication des pratiques antisyndicales dans la chaîne d'approvisionnement de l'habillement et de la chaussure. Pour protéger et promouvoir la liberté syndicale au Myanmar, la poursuite de la collaboration entre IndustriALL, le syndicat IWFM au Myanmar et les marques de l'ACT joue un rôle essentiel dans la protection des droits des travailleurs.

Pour le syndicat, le Covid-19 et l'opportunisme sont à l'origine des conflits salariaux en Afrique du Sud

16 septembre, 2020Les producteurs de textiles et de vêtements veulent prendre l'excuse de la pandémie de Covid-19 pour réduire les salaires et les prestations de plus de 75.000 travailleurs, mais le Syndicat des travailleurs de l'habillement et du textile d'Afrique australe (SACTWU) résiste fermement dans les négociations salariales.

Des militants syndicaux réintégrés chez Tanzila Textile, au Bangladesh

9 septembre, 2020Notre affilié BGTLWF a négocié un accord avec Tanzila Textile et la BGMEA pour la réintégration de 12 travailleurs et travailleuses licenciés pour avoir participé à des activités syndicales.

Un syndicat traîne un employeur mauricien en justice après la mort d'un travailleur migrant

8 septembre, 2020La Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP), affiliée à IndustriALL Global Union, traîne Fairy Textiles devant la justice du travail pour violation des droits des travailleurs à la santé et la sécurité et pour "négligence grave" après le décès d'un travailleur migrant auquel elle avait refusé un congé de maladie.

Journée mondiale d'action le 4 septembre pour mettre fin à la lutte antisyndicale dans l'industrie textile

31 août, 2020Dans le cadre de notre campagne mondiale pour protéger les droits des travailleurs du secteur TGSL, soutenons les nombreux travailleurs du secteur qui défendent leurs droits de former un syndicat.

Il faut que Dunnes Stores cesse d'attaquer les syndicats dans sa chaîne d'approvisionnement au Cambodge

28 août, 2020La Coalition des syndicats démocratiques des travailleurs cambodgiens du vêtement (C.CADWU) appelle la chaîne de magasins d'habillement irlandaise Dunnes Stores à cesser de s'en prendre aux syndicats dans sa chaîne d'approvisionnement au Cambodge et à faire en sorte que les quatre responsables syndicaux licenciés par Greenfield Industries soient réintégrés dans leurs postes.

À Haïti, les travailleurs de l'habillement luttent pour leur gagne-pain

27 août, 2020La tension monte dans l'industrie de l'habillement à Haïti où notre affilié GOSTTRA signale que les travailleurs luttent pour leur survie au milieu d'une crise du Covid-19 qui empire.

Un atelier de confection du Lesotho licencie des travailleurs qui réclamaient leur dû

20 août, 2020Bull Clothing, un atelier de confection du Lesotho, en Afrique australe, a licencié 253 travailleuses et travailleurs qu'il accuse de s'être mis en grève. Il les a ensuite réembauchés, avec de nouveaux contrats, pour des salaires inférieurs, et avec une période d'essai de trois mois.